Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

B154-Un trésor caché dans votre champ!

Article de Henri Viaud-Murat.

Tous les Chrétiens nés de nouveau possèdent, souvent sans le savoir, un immense trésor caché dans leur champ, à portée de leurs mains!

 

Lorsqu’on manque de tout, découvrir un grand trésor dans son champ doit représenter une excellente nouvelle! Mais voilà! Encore faut-il savoir qu’il y a un trésor dans notre champ! Toutefois, avant même d’avoir découvert ce trésor, le simple fait de savoir, avec certitude, qu’il y a un trésor dans notre jardin devrait nous motiver à le fouiller avec ardeur, jusqu’à ce que nous l’ayons découvert!

Il en est ainsi de la marche par l’esprit! Sur le plan spirituel, tout comme sur le plan pratique, il s’agit là d’un immense trésor, et un tel trésor vaut bien que nous investissions quelques efforts pour le découvrir!

Si tant de Chrétiens ne font pas cet effort, c’est parce qu’ils ignorent encore qu’ils possèdent un tel trésor caché!

Les lecteurs de ce blog ne peuvent plus invoquer une telle ignorance! Soyons donc motivés, et creusons!

Nous pouvons dire que ce qui manque le plus, au milieu du peuple chrétien, c’est l’unité. Là encore, le grand trésor de la marche par l’esprit doit pourvoir largement à ce manque!

Le texte de base qui doit nous éclairer est ce célèbre passage de l’épître aux Ephésiens:

« Je vous exhorte donc, moi, le prisonnier dans le Seigneur, à marcher d’une manière digne de la vocation qui vous a été adressée, en toute humilité et douceur, avec patience, vous supportant les uns les autres avec charité, vous efforçant de conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix » (Ephésiens 4: 1-3).

La première unité dont nous parle l’apôtre Paul, c’est l’unité de l’esprit. Et la bonne nouvelle qu’il nous annonce, c’est que nous possédons déjà cette unité, puisqu’il nous demande de la conserver. On ne peut conserver que ce que l’on possède déjà!

En quoi consiste cette unité de l’esprit?

Elle consiste à réaliser que tous ceux qui sont nés de nouveau en Christ possèdent déjà un esprit nouveau, régénéré, recréé à l’image de Jésus-Christ, et que tous ces esprits régénérés sont absolument de la même nature divine, et possèdent tous la même qualité parfaite!

Quel puissant facteur d’unité, quand nous comprenons, quand nous savons, que chaque frère et soeur né de nouveau possède un esprit pur, parfait, juste et saint, et que nous-mêmes possédons un esprit de la même qualité que le leur!

Dans notre esprit régénéré, aucun enfant de Dieu n’est supérieur ou inférieur aux autres! Dieu notre Père nous a tous créés, en tant que nouvelles créations, à l’image parfaite de Son Fils Bien-Aimé!

« Car ceux qu’il a connus d’avance, il les a aussi prédestinés à être semblables à l’image de son Fils, afin que son Fils fût le premier-né entre plusieurs frères » (Romains 8: 29).

Certes, dans l’Eglise visible, apparente, de Jésus-Christ, il n’y a pas que des Chrétiens nés de nouveau. Certains, et même beaucoup, sont de simples Chrétiens de nom, qui ne sont pas passés par une nouvelle naissance.

Le Saint-Esprit cherche toujours à mettre en relation les Chrétiens nés de nouveau, car seuls ceux-ci possèdent déjà l’unité de l’esprit.

C’est aussi le Saint-Esprit qui peut nous révéler si tel Chrétien avec qui nous sommes en contact est né de nouveau ou pas. Car tous ceux qui sont nés de nouveau possèdent, dans le fond de leur coeur, un amour ardent pour Christ et pour Sa Parole, malgré tout ce qui peut encore les diviser, notamment sur le plan doctrinal.

Tous les Chrétiens nés de nouveau recherchent aussi ardemment une communion fraternelle avec leurs frères et soeurs en Christ. Et tous souffrent de voir que tant de sujets de division peuvent bloquer cette communion fraternelle.

Tous ces sujets de division ne viennent pas de l’esprit, bien naturellement. Ils ne peuvent provenir que de la chair.

C’est pour cela que Paul exhorte les Chrétiens à « conserver l’unité de l’esprit par le lien de la paix ».

Si, entre Chrétiens nés de nouveau, nous cherchons en priorité à conserver l’unité de l’esprit que nous possédons déjà en Christ, en tissant entre nous autant de liens de paix qu’il nous est possible d’en tisser, nous ne pourrons manquer de progresser dans deux autres unités dont Paul parle un peu plus loin, c’est-à-dire l’unité de la foi, et l’unité de la connaissance du Fils de Dieu, le Seigneur Jésus-Christ.

« Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ, jusqu’à ce que nous soyons tous parvenus à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ, afin que nous ne soyons plus des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction, mais que, professant la vérité dans la charité, nous croissions à tous égards en celui qui est le chef, Christ » (Ephésiens 4: 11-15).

Notez bien que l’unité de la foi, et l’unité de la connaissance du Fils de Dieu, sont des objectifs ultimes à atteindre. Ces deux unités caractérisent et accompagnent l’état d’homme fait, mûr, accompli, à la mesure de la stature parfaite de Christ.

Le moyen unique proposé par Dieu pour atteindre cet objectif ultime est le perfectionnement des saints. Ce perfectionnement des saints consiste à leur apprendre à marcher par l’esprit, et non plus par la chair, étant donné que c’est la chair qui est la cause de tout manque d’unité.

Notez encore un point très important, que je ne me lasse pas de répéter: le perfectionnement des saints est l’unique tâche que Dieu assigne aux cinq ministères de direction spirituelle de Son Eglise!

Le jour où les cinq ministères auront compris cela, ils cesseront de disperser leurs efforts entre une multitude d’activités toutes aussi inutiles et futiles les unes que les autres, par rapport à ce que le Seigneur exige d’eux, et tant que cet objectif du perfectionnement des saints ne sera pas atteint!

Ils cesseront d’organiser de grandes conventions, par exemple sur les signes de la fin des temps, du moins tant que les Chrétiens dont ils s’occupent n’auront pas compris ce que signifie « marcher par l’esprit »!

Ils cesseront de vouloir construire à grands frais de nouvelles églises-bâtiments, de nouvelles écoles bibliques, de nouvelles stations de radio et de télévision, si ce n’est pas pour apprendre d’abord aux Chrétiens, nouveaux et anciens, à marcher par l’esprit!

« Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l’oeuvre du ministère et de l’édification du corps de Christ »!

Seul le perfectionnement des saints satisfait pleinement le coeur du Seigneur!

Seul le perfectionnement des saints permet à chaque Chrétien d’exercer correctement son propre ministère!

Seul le perfectionnement des saints permet à tous de travailler efficacement à l’édification du Corps de Christ!

Vous tous, apôtres, prophètes, évangélistes, pasteurs et docteurs, quand allez-vous donc enfin comprendre l’absolue nécessité de vous mettre d’accord sur l’importance unique et capitale du perfectionnement des saints? Quand allez-vous tous, honnêtement et sérieusement, demander au Seigneur de vous montrer, concrètement, ce que signifie « perfectionner les saints »? Quand allez-vous tous commencer à travailler ensemble à l’accomplissement de ce noble objectif?

Le perfectionnement des saints est le seul moyen divin pour permettre à tous les enfants de Dieu de ne plus être « des enfants, flottants et emportés à tout vent de doctrine, par la tromperie des hommes, par leur ruse dans les moyens de séduction »!

Seul le perfectionnement des saints permettra à tous les enfants de Dieu de tous parvenir « à l’unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l’état d’homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ »!

Ainsi, nous pouvons donc dire que nous possédons déjà tous l’unité de l’esprit, mais que nous sommes tous en route vers l’unité de la foi, et vers l’unité de la connaissance du Fils de Dieu.

Et le chemin unique et obligé permettant de parvenir à l’unité de la foi et à l’unité de la connaissance du Fils de Dieu, à partir de l’unité de l’esprit, est celui du perfectionnement des saints, c’est-à-dire celui de l’apprentissage de la marche par l’esprit.

Comment pouvons-nous définir l’unité de la foi, et l’unité de la connaissance du Fils de Dieu?

La Bible nous dit ceci, à propos de la foi:

« Ainsi la foi vient de ce qu’on entend, et ce qu’on entend vient de la parole de Christ » (Romains 10: 17).

« Or la foi est une ferme assurance des choses qu’on espère, une démonstration de celles qu’on ne voit pas » (Hébreux 11: 1).

La vraie foi biblique est fondée sur notre claire compréhension de la Parole de Christ, c’est-à-dire de la Parole de Dieu. Elle est donc fondée sur une révélation de la Vérité de Dieu. Cette révélation nous est donnée par le Saint-Esprit, seul chargé de nous introduire dans la compréhension de la Parole de Dieu, qu’Il a Lui-même inspirée.

Lorsque nous recevons la révélation de la Vérité de Dieu, nous recevons en même temps une « ferme assurance », une conviction inébranlable qui nous vient du Saint-Esprit, au travers de notre esprit régénéré. Nous sommes alors établis sur le roc de la Vérité!

Toutes les divisions doctrinales entre enfants de Dieu proviennent donc d’une révélation incomplète de la Vérité de la Parole de Dieu. Le jour où deux Chrétiens reçoivent, par le Saint-Esprit, la même révélation de la Parole de Dieu, ils entrent dans l’unité de la foi!

Là encore, c’est en marchant par l’esprit que nous pouvons réunir les conditions d’une telle révélation de la Vérité. Car c’est alors que cessent les divisions causées par les pensées charnelles, ainsi que par les interprétations charnelles, intellectuelles ou légalistes de la Parole de Dieu.

Il en est de même pour l’unité de la connaissance du Fils de Dieu. Plus nous progressons tous dans la connaissance de Jésus-Christ, tel qu’Il est, et plus nous progressons dans l’unité de cette connaissance.

Lorsque deux Chrétiens reçoivent en même temps la même révélation d’un aspect de la Personne et de l’oeuvre de Jésus-Christ, ils sont alors, sur cet aspect du moins, dans une parfaite unité de la connaissance de Jésus-Christ!

Ainsi, notre soif de connaître la Parole de Dieu, qui est la Sainte Bible, et notre soif de connaître Jésus-Christ, qui est la Parole Vivante, ne peuvent manquer de nous faire grandir dans l’unité de la connaissance de la foi, et dans l’unité de la connaissance du Fils de Dieu.

A mesure que nous progressons dans ces deux unités, nous affermissons notre stature spirituelle, nous grandissons dans notre maturité spirituelle, et nous nous rapprochons de plus en plus de cet état d’homme parfait, à la mesure de la stature parfaite de Christ.

Souvenons-nous des enfants d’Israël! Dieu les avait libérés de l’esclavage de l’Egypte et de Pharaon. De même, Dieu nous a libérés de l’esclavage du péché et de Satan. Dieu leur a fait traverser la Mer Rouge, et les a conduits par la colonne de nuée et de feu. De même, nous avons été baptisés d’eau et d’Esprit.

Dieu les a conduits dans un désert brûlant pour les mettre à l’épreuve, et pour voir de quelle manière ils se comporteraient dans l’épreuve. De même, Dieu nous a conduits au travers de toutes sortes d’épreuves, pour que nous puissions comprendre si nous sommes conduits par la chair ou par l’esprit.

La marche dans le désert est l’image de la marche selon la chair. Le pays de Canaan est l’image de la marche par l’esprit. Entre l’Egypte et le désert, il y a la Mer Rouge, qui évoque une nouvelle naissance. Mais, entre le désert et le pays de Canaan, il y a le Jourdain à franchir. Et le Jourdain évoque notre mort complète à la chair, au travers d’une compréhension complète et profonde de l’oeuvre de la croix.

Dieu a d’abord conduit Son peuple d’Israël au pied du Mont Sinaï (ce qui signifie « lieu épineux »), pour conclure avec lui une alliance magnifique, par le sang des sacrifices, et lui confier Sa Torah.

De même, Dieu a conduit Son peuple Chrétien aux pieds d’un Seigneur crucifié et couronné d’épines, afin de conclure avec lui une alliance nouvelle, encore plus magnifique, par le sang de Jésus, et pour nous confier la Parole de Christ.

Devant le Sinaï, le Seigneur a dit à Son peuple d’Israël:

« Maintenant, si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance, vous m’appartiendrez entre tous les peuples, car toute la terre est à moi; vous serez pour moi un royaume de sacrificateurs et une nation sainte » (Exode 19: 5-6).

Devant le Seigneur crucifié, le Seigneur a dit à Son peuple Chrétien:

« Approchez-vous de lui, pierre vivante, rejetée par les hommes, mais choisie et précieuse devant Dieu; et vous-mêmes, comme des pierres vivantes, édifiez-vous pour former une maison spirituelle, un saint sacerdoce, afin d’offrir des victimes spirituelles, agréables à Dieu par Jésus-Christ. Car il est dit dans l’Ecriture: voici, je mets en Sion une pierre angulaire, choisie, précieuse; et celui qui croit en elle ne sera point confus. L’honneur est donc pour vous, qui croyez. Mais, pour les incrédules, la pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle, et une pierre d’achoppement et un rocher de scandale; ils s’y heurtent pour n’avoir pas cru à la parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés. Vous, au contraire, vous êtes une race élue, un sacerdoce royal, une nation sainte, un peuple acquis, afin que vous annonciez les vertus de celui qui vous a appelés des ténèbres à son admirable lumière, vous qui autrefois n’étiez pas un peuple, et qui maintenant êtes le peuple de Dieu, vous qui n’aviez pas obtenu miséricorde, et qui maintenant avez obtenu miséricorde » (1 Pierre 2: 4-10).

Dieu avait dit à Israël: « Si vous écoutez ma voix, et si vous gardez mon alliance… »

Dieu dit à l’Eglise de Jésus-Christ: « Mais, pour les incrédules, la pierre qu’ont rejetée ceux qui bâtissaient est devenue la principale de l’angle, et une pierre d’achoppement et un rocher de scandale; ils s’y heurtent pour n’avoir pas cru à la parole, et c’est à cela qu’ils sont destinés… »

Nous savons quel a été le sort de ceux qui, dans le désert, ont refusé d’écouter la voix de l’Eternel et de pénétrer dans le pays de Canaan, pour le conquérir! Ils ont erré toute leur vie dans le désert, et ils y sont morts!

Pour nous, Chrétiens de la nouvelle alliance, n’oublions jamais que le pays de Canaan représente la marche par l’esprit. Si nous refusons de traverser notre Jourdain, de couper tous les ponts avec le passé, de conquérir ce pays, de balayer tous les obstacles et tous les ennemis qui veulent nous empêcher d’apprendre à marcher par l’esprit, nous périrons également dans le désert de la chair!

Nous devons donc être déterminés à « retourner tout notre champ » pour y découvrir le trésor qui s’y trouve enfoui, à portée de nos mains!

Cela nous demande en effet un minimum d’efforts, pour comprendre les quelques vérités fondamentales de la marche par l’esprit. Cela nous demande un minimum d’efforts pour ne pas oublier ces vérités. Et cela nous demande aussi un minimum d’efforts pour persévérer à les mettre en pratique, dans chaque épreuve pratique que nous rencontrons dans notre vie!

Sommes-nous prêts à accomplir ces efforts par la foi, en comptant sur la grâce de Dieu? N’oublions pas que le Seigneur est toujours là, en nous! Les Israélites avaient le Seigneur au milieu d’eux, mais nous L’avons en nous!

Nous aurons donc bien moins d’excuses qu’eux, si nous refusons de conquérir ce pays de Canaan spirituel où coulent le lait et le miel de l’Esprit!

Bien-aimés, ne nous laissons décourager par aucun obstacle, par aucun ennemi! Quand nous voulons apprendre à marcher par l’esprit, nous pouvons être certains que Dieu est avec nous! Aucun ennemi ne tiendra devant nous!

L’ennemi (la chair, Satan ses démons, le monde, les « dix espions incrédules ») essayeront toujours de nous décourager et de nous paralyser! Mais balayons-les avec détermination de notre chemin! Dieu nous a promis ce beau pays! Avançons ensemble avec détermination pour le conquérir, Dieu nous l’a donné!

Aucun ennemi ne pourra nous résister, si nous sommes déterminés à marcher par l’esprit! Ne nous laissons pas séduire! Ne commençons pas à croire que, sous prétexte que nous avons « essayé » de marcher par l’esprit pendant quelques mois, ou même quelques années, sans y parvenir, nous n’y arriverons jamais!

Comment n’arriverions-nous pas à occuper une position qui est déjà la nôtre en Christ? Comment n’arriverions-nous pas à accomplir la tâche que Dieu Lui-même nous a confiée, et pour laquelle Il nous a déjà complètement équipés?

Levons donc bien haut la bannière de la croix, et fonçons, bien-aimés! Courons vers le but, sans regarder en arrière! Que laissons-nous en arrière, sinon nos chaînes d’esclaves et nos haillons de mendiants?

Manions avec hardiesse une épée de l’Esprit bien aiguisée, taillons en pièces tous ces ennemis spirituels qui veulent nous faire baisser les bras, remportons la victoire sur l’Amalek de la chair! Car le Seigneur l’a déjà remportée pour nous!

« Amalek vint combattre Israël à Rephidim. Alors Moïse dit à Josué: Choisis-nous des hommes, sors, et combats Amalek; demain je me tiendrai sur le sommet de la colline, la verge de Dieu dans ma main. Josué fit ce que lui avait dit Moïse, pour combattre Amalek. Et Moïse, Aaron et Hur montèrent au sommet de la colline. Lorsque Moïse élevait sa main, Israël était le plus fort; et lorsqu’il baissait sa main, Amalek était le plus fort. Les mains de Moïse étant fatiguées, ils prirent une pierre qu’ils placèrent sous lui, et il s’assit dessus. Aaron et Hur soutenaient ses mains, l’un d’un côté, l’autre de l’autre; et ses mains restèrent fermes jusqu’au coucher du soleil. Et Josué vainquit Amalek et son peuple, au tranchant de l’épée. L’Eternel dit à Moïse: Ecris cela dans le livre, pour que le souvenir s’en conserve, et déclare à Josué que j’effacerai la mémoire d’Amalek de dessous les cieux. Moïse bâtit un autel, et lui donna pour nom: l’Eternel ma bannière. Il dit: Parce que la main a été levée sur le trône de l’Eternel, il y aura guerre de l’Eternel contre Amalek, de génération en génération » (Exode 17: 8-16).

En Hébreu, « Rephidim » signifie « lieu de repos ». « Amalek » signifie « peuple de la vallée ». Amalek est une image de la chair et du péché. Nous sommes le peuple de la « montagne de Dieu », et la chair est le « peuple de la vallée ».

Alors que le peuple de Dieu séjournait à Rephidim, dans son lieu de repos, Amalek l’a attaqué. Moïse, Aaron et Hur, images du Père, du Saint-Esprit et du Fils, ont assuré sur la colline la victoire des combattants, dirigés dans la plaine par Josué, qui est aussi l’image du Seigneur Jésus. Et le peuple de Dieu remporta la victoire!

Dieu « effacera la mémoire d’Amalek (de la chair) de dessous les cieux »! Car la chair a été définitivement vaincue par notre Josué, le Seigneur Jésus! N’en oublions jamais le souvenir! Car un grand autel a été dressé, l’autel de la croix! Et cet autel est notre bannière! « Yaveh Nissi » est notre bannière!

De génération de Chrétiens en génération de Chrétiens, il y aura toujours guerre entre Amalek et le peuple de Dieu, mais Amalek est un ennemi vaincu! Amalek ne peut nous vaincre que si nous quittons des yeux la bannière qui est dressée devant nous, la bannière de la croix!

Le trésor est à nous! A notre Dieu et Père soit toute la gloire, dans le nom de Jésus Son Fils, notre Sauveur et Seigneur!

Source

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :