Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sainte-Cène ou Régal d'amour

"Sainte-Cène" ou "Régal d'amour »
Extrait de "Le christianisme paganisé" - Page 101 à 103 :
ici

Par Frank A. Viola

Traduit par Guy St-Pierre


Repas du Seigneur

Des fleuves de sang ont été répandus aux mains des chrétiens protestants et catholiques au sujet des complexités doctrinales liées au Repas du Seigneur.[20]
Le Repas du Seigneur, autrefois précieux et vivant, est devenu le centre de discussions théologiques pendant des siècles. Tragiquement, il s'est déplacé d'une image dramatique et concrète du corps et du sang du Christ à une étude dans la pensée abstraite et métaphysique.
Nous ne nous concerterons pas par les minuties théologiques qui entourent le Repas du Seigneur. Mais les Protestants (aussi bien que les catholiques) ne pratiquent pas le Repas à la manière qu’on l'observait au premier siècle. Pour les premiers chrétiens, le Repas du Seigneur était un repas de fête.
[21]
Aujourd'hui, la tradition nous a forcés à prendre le Repas comme une goutte de jus de raisin et un biscuit minuscule et insipide. Le Repas est pris avec une atmosphère de tristesse et un sentiment malheureux.
On nous dit que c’est pour nous rappeler les horreurs de la mort de notre Seigneur et pour réfléchir sur nos péchés.
En outre, la tradition nous a enseigné que la prise du Repas du Seigneur peut être une chose dangereuse. Ainsi la plupart des chrétiens modernes préféreraient mourir plutôt que de prendre le Repas sans une présence ecclésiastique. Tous ces éléments étaient inconnus aux premiers chrétiens. Pour eux, le Repas du Seigneur était un repas communal. [22]
L'humeur en était une de célébration et de joie. Et il n'y avait aucun ecclésiastique d'office. [23]
Le Repas du Seigneur était essentiellement un banquet chrétien.

Troncation du repas

Ainsi quand le repas en entier a-t-il cessé, laissant seulement le pain et la coupe ? Voici l'histoire. Au premier et au début deuxième siècle, les premiers chrétiens appelaient Repas du Seigneur le « régal d'amour. » [24] Durant cette période, ils prenaient le pain et la coupe dans le contexte d'un repas de fête. Mais autour de la période de Tertullien (160-225), le pain et la coup e ont commencé à être séparés du repas. Vers la fin du deuxième siècle, la séparation était complète. [25]
Quelques érudits ont argué du fait que les chrétiens ont laissé tomber la portion nourriture du repas parce qu'ils voulaient prévenir la profanation de l'eucharistie par la participation des incroyants. [26]
Ceci peut être partiellement vrai. Mais il est plus probable que l'influence croissante du rituel religieux païen ait enlevé au Repas sa joie, sa simplicité et l’atmosphère non religieuse d'un repas dans quelque salle de séjour. [27]
Vers le quatrième siècle, le régal d'amour « a été interdit » parmi les chrétiens ![28]
Avec l'abandon du repas, les termes « fraction du pain » et « Repas du Seigneur » ont disparu. [29]
Le terme commun pour le rituel maintenant tronqué (juste le pain et la coupe) était « l'eucharistie. » [30]
Irénée (130-200) fut un des premiers à appeler le pain et la coupe « une offrande »[31]. Après lui, on a commencé à l'appeler «l'offrande » ou « le sacrifice. »
L'autel-table où le pain et la coupe étaient placés était considéré comme un autel où la victime était offerte. [32][32]
Le Repas n'était plus un événement communautaire. C'était plutôt un rituel sacerdotal qui devait être observé à distance. Tout au long des quatrièmes et cinquièmes siècles, il y avait un sens croissant de crainte et de respect lié à la table où l'eucharistie sacrée était célébrée. [33]
C’était devenu un rituel sombre. La joie qui prévalait par le passé comme une partie de lui avait disparu. [34]
La mystique liée à l'eucharistie était due à l'influence des religions païennes à mystère. [35]
Ces religions étaient opacifiées par le mystère et la superstition. Avec cette influence, les chrétiens ont commencé à attribuer au pain et à la coupe des caractères sacrés. Ils étaient regardés comme objets saints en eux-mêmes. [36]
Puisque le Repas du Seigneur est devenu un rituel sacré, il exigeait une personne sacrée de l'administrer. [37]
Voici maintenant le prêtre officiant le sacrifice de la messe. [38]
Il était censé avoir la puissance d'appeler Dieu du ciel et de le confiner à un morceau de pain . [39]
Autour du Xe siècle, la signification du mot «corps » a changé dans la littérature chrétienne. Précédemment, les auteurs chrétiens avaient l'habitude de se référer au mot corps pour une de ces trois choses : 1) Le corps physique de Jésus, 2) l'église, ou 3) le pain de l'eucharistie.
Les pères de l'église primitive considéraient l’Église en tant que communauté de foi qui s'identifiait par la fraction du pain. Mais vers le Xe siècle, il y avait une variation dans la pensée et la langue. Le mot « corps » ne fut plus employé pour se rapporter à l'église. Il était seulement employé pour se rapporter au corps physique du Seigneur ou au pain de l'eucharistie. [40]
Le mot «corps » avait été vidé de son autre signification : L'église.
En conséquence, le Repas du Seigneur s’était éloigné de l'idée de l'église qui s’assemble pour célébrer la fraction du pain. [41]
Le changement de vocabulaire a reflété cette pratique. L'eucharistie n'avait plus rien à faire avec l'église, mais en était venue à être considéré e comme intrinsèquement « sacré » en ce qu’elle reposait sur la table. Elle est devenue enveloppée d’une brume religieuse. Regardée avec crainte. Prise secrètement par le prêtre. Complètement retirée de sa nature communale de l'ekklesia.
Tous ces facteurs ont donné naissance à la doctrine de la transsubstantiation. Au quatrième siècle , la croyance que le pain et le vin changés en corps et sang réels du Seigneur était explicite. La transsubstantiation cependant était la doctrine qui a donné une explication théologique à la façon dont ce changement se produisait. [42]](cette doctrine a été élaborée des 11ièmes et 13ièmes siècles.) Avec la doctrine de la transsubstantiation, il y avait un sentiment de crainte qui entourait les éléments. La crainte était si intense que le peuple de Dieu était peu disposé à les approcher. [43]
Quand les paroles de l'eucharistie étaient prononcées, on croyait que le pain était littéralement devenu Dieu. Tout cela a transformé le Repas du Seigneur en rituel sacré officié par des personnes sacrées et enlevé des mains du peuple de Dieu. Tellement profonde était ancrée l'idée médiévale que le pain et la coupe étaient une « offrande » que même une partie des réformateurs s’y attachait.[44]
Même si les chrétiens protestants modernes ont rejeté la notion catholique que le Repas du Seigneur soit un sacrifice, ils ont continué à embrasser la pratique catholique du Repas. Prenez n'importe quel service de Repas du Seigneur (souvent appelé « la communion sainte ») dans n'importe quelle église protestante et vous observerez ce qui suit :

Repas du Seigneur est un biscuit d’une bouchée (ou un petit morceau de pain) et un tire-verre de jus de raisins (ou de vin). Il est enlevé du repas juste comme il est dans l'église catholique.
L’humeur est sombre et mélancolique. Juste comme celle qu’on retrouve dans l'église catholique.
Les membres de la congrégation sont invités par le pasteur à s'examiner en ce qui concerne le péché avant qu'ils ne participent aux éléments. Une pratique qui est venue de Jean Calvin. [45]
Comme le prêtre catholique, beaucoup de pasteurs enfileront  leurs robes longues cléricales pour l'occasion.
Mais toujours, le pasteur administrera le Repas et récitera les paroles de l’institution : « C'est mon corps » avant de le distribuer au rassemblement. [46]Juste comme dans l'église catholique.
Avec seulement quelques changements mineurs, tout ceci est catholicisme médiéval de part en part.

 

 

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :