Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Sans Eglise Fixe ou Sans Dénomination Fixe ?

Constat sur l’état des églises

Par Didier Millotte

SEF ou SDF ?

Le comble de la richesse de l’occident, c’est qu’on peut mourir de faim devant une banque, mourir de froid devant un hôtel et mourir de foi devant une église.

Que penser des chrétiens sans église fixe ?

Le terme SEF (Sans Église Fixe) utilisé dans nos milieux pour décrire un phénomène, ne me paraît pas approprié. Cela sous-entend qu’il doit exister une église fixe. Or, l’église, par définition, ne peut pas être fixe. Elle est un corps en croissance. Chaque partie, y compris les pasteurs et les autres ministère ;  doivent apprendre, grandir, croître, en se nourrissant de l’Écriture, croître donc changer. Or, on assiste aujourd’hui au développement d’une drôle d’église : des groupes qui grandissent en nombre (parfois) mais ne changent pas. Ils n’apprennent rien d’autre que ce que les pasteurs savent déj ;  c’est-à-dire un corps de doctrine défini et fixe, souvent étroit, parfois erroné. Dans ce cas là, on n’apprend rien, on fonctionne simplement dans des activités, l’évangélisation devenant vite la seule chose qui reste à faire sur cette terre. C’est une piètre caricature de la vie de l’église enseignée par les apôtres.

À la place de SEF, je préfèrerais qu’on parle de SDF : Sans Dénomination Fixe. Et ça, c’est plutôt une bonne chose parce que cela permet un développement de la pensée, donc de l’être au lieu d’un enfermement stérile. Plutôt que de tourner en rond sur la même manière de voir les choses, on peut alors découvrir que le voisin n’a pas tort sur tout et qu’il peut m’apprendre des choses pour me faire progresser. De plus, les églises évangéliques étant relativement petites, pour la plupart, cela permet de rencontrer plus de frères et soeurs et de développer les amitiés, la communion fraternelle… et les mariages.

L’église n’a jamais eu pour vocation d’être une dénomination, d’être fixe, ni les membres de se fixer dans un lieu précis ; et surtout pas dans une doctrine définie ou un dogme figé qui sclérose l’individu.

L’apôtre Paul nous met clairement en garde contre cela. Mais il semble que peu de monde s’en soucie. Les corps pastoraux vont reprocher aux membres des églises tel ou tel comportement mais ne vont pas se remettre enquestion sur ce point pour se conformer à l’É criture.

L’église n’est pas liée à un lieu, à une structure, ni à une doctrine spécifique. Comment donc pourrait-elle être fixe ? L’église est une assemblée vivante, donc en mouvement. Il n’y a que ce qui est mort qui est fixe. Les apôtres n’ont pas cherché à donner une forme à l’église mais à conduire les chrétiens dans la Vie. Une vie divine et abondante. Pas dans un ensemble de règles, pas dans de nouvelles lois. Les lettres des apôtres n’ont pas été écrites pour qu’on en tire des dogme ;  mais pour répondre à des besoins, pour aider l’accroissement de la vie dans les croyants. C’était une question de vie, pas de théologie, ni de dénomination.

Les pasteurs devraient considérer très sérieusement cette question des SDF, en chercher les causes profondes, prendre le temps de discuter avec ces personnes qui quittent leur assemblée au lieu de juger et d’accuser ces frères et soeurs, qui, dans la plupart des cas il me semble ; cherchent la vie dont parlent les Ecritures.

Dans une des églises que j’ai quittée, j’ai demandé au pasteur pourquoi les gens partaient. Il me répondit qu’ils n’avaient pas la foi. 80% des gens étaient partis, deux pasteurs avaient démissionné. Mais le pasteur n’envisageait jamais qu’il puisse en être la cause, lui et ses enseignements qui étaient des jougs et de fausses doctrines.

J’ai revu certains de ces frères et soeurs qui, soit disant ;  n’avaient pas la foi, et j’ai vu qu’ils continuaient à aimer Dieu. Face à une telle situation, que faisaient les autres pasteurs de la ville, ceux de la pastorale ? Rien. C’est comme si on choisissait de vivre yeux et oreilles fermés et chacun s’occupe de son business. Pendant ce temps, nombreux sont les frères et soeurs qui piétinent au lieu de pouvoir grandir. Aujourd’hui, dans les églises évangéliques,  il y a encore des aveugles qui conduisent et des aveugles qui se laissent conduire. Mais, c’est scandale de le dire.

Les pasteurs font croire à leur membres qu’il ne faut pas quitter son assemblée (aucun enseignement biblique ne dit celà) :   mais de quoi ont-ils peur ? Le Seigneur ne leur a-t-il pas enseigné de ne s’inquiéter de rien ? Leur véritable volonté serait-elle de garder des pions dans leur business ? Si l’enseignement d’une église est conforme à l’Écriture et si le comportement des dirigeants est conforme à la pensée de Chris ;  alors, cette assemblée n’aura pas de problème de SDF.

Si une nouvelle réforme de l’église se produisait, elle donnerait naissance à un mouvement qui ne ressemblerait peut-être pas aux églises telles qu’on les connait aujourd’hui. Quelque chose de nouveau et de différent. Quelque chose qui ne serait pas fixe, qui n’aurait pas un enseignement figé. Qui ne serait pas ce qu’on appelle «une église» aujourd’hu ;  mais qui serait belle et bien l’église de Christ, vivante et en mouvement.

Les églises évangéliques qui en seraient dérangées, ne comprendraient pas et ne  s’y opposeraient. Comme cela a été le cas par le passé avec d’autres mouvements. Cette opposition viendra du fait que ce qui apparaîtra n’aura pas le même schéma que ce qui est en place aujourd’hui ;  et donc ne sera pas reconnu comme étant l’église par les églises en place.

Le vent de l’Esprit de Dieu souffle où il veut, comme il veut, ne le ratons pas à cause d’une image du christianisme à laquelle nous serions attaché, même si cette image est agréable et attrayante, elle n’est pas la vie, elle n’est qu’une image. Cherchons la vie.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :