Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Une nouvelle approche du Nouveau Testament : (1)

La Bible n'est pas un puzzle

Extrait de "Le christianisme paganisé" par Frank A.VIOLA

Chapitre 11 - Page 119

 

« En considérant le sujet du ministère dans le Nouveau Testament, il est essentiel de se rappeler l'ordre dans lequel les livres du Nouveau Testament ont été écrits. Supposer, que l'ordre dans lequel les livres du Nouveau Testament sont correctement présentés nous mènerait à supposer, que les Évangiles ont été écrits d'abord, et puis les Actes et puis les lettres de Paul, commençant par Romains et finissant avec les épîtres pastorales à Timothée, à Tite et à Philémon, nous ne pourrions jamais comprendre le développement des institutions et la pensée de l'église primitive. »
Richard Hanson

Comment se fait-il que nous chrétiens pouvons suivre les mêmes rituels perdus chaque dimanche sans jamais remarquer qu'ils sont en parfait désaccord avec le Nouveau Testament ? Une partie de la raison doit faire avec la puissance incroyable de la tradition. Mais il y a autre chose qui concerne notre Nouveau Testament. Le problème n'est pas dans ce que le Nouveau Testament nous indique. Le problème est dans la façon dont nous l'approchons.

L'approche de la Bible la plus utilisée généralement parmi les chrétiens modernes s'appelle la « preuve-texte ». L'origine de la preuve-texte remonte entre les années 1590 et 1600. Un groupe d'hommes appelés Protestant Scholastiques a pris les enseignements des réformateurs et les a systématisés selon les règles de la logique aristotélicienne. (2)

La Scholastique protestante soutenait que non seulement les Écritures sont la Parole de Dieu, mais que chaque partie est la Parole de Dieu d'Elle-même et en Elle-même, sans égard pour le contexte. Ce qui ouvre la porte à l'idée que si nous prélevons un verset de la Bible, il demeure vrai intrinsèquement et peut être employé pour prouver une doctrine ou une pratique.

Quand John Nelson Darby émergea au environ de 1805, il établit une théologie basée sur cette approche. Darby a élevé la preuve-texte à une forme d'art. En fait, c'est Darby qui a donné aux chrétiens fondamentalistes et évangéliques la plus grande part de leurs enseignements actuellement admis. (3) Tous sont construits sur la méthode preuve-texte. Cette méthode preuve-texte, alors, est devenue la manière dont nous les chrétiens modernes approchent la Bible. On l'enseigne dans chaque école et séminaire protestants de Bible sur terre.

En conséquence, nous les chrétiens, rarement, si jamais, obtenons de voir le Nouveau Testament dans l'ensemble. Plutôt, on nous sert un plat de pensées réduites en fragments, réunies au moyen de logique humaine dégénérée. Le fruit de cette approche est que nous avons dérivés loin de la pratique de l'église du Nouveau Testament. Pourtant nous croyons toujours que nous sommes bibliques. Permettez-moi d'illustrer le problème avec une histoire factice.

 

Rencontrez Marvin Snurdly

Marvin Snurdly est un conseiller matrimonial renommé dans le monde. En 20 ans de carrière en tant que conseiller matrimonial, Marvin a conseillé des milliers de mariages préoccupants. Il a une présence sur l'Internet. Des centaines de couples écrivent chaque jour des lettres à Marvin au sujet de leurs histoires matrimoniales en sanglot. Les lettres viennent de partout autour du globe. Et Marvin répond à toutes.

Cent ans passent, et Marvin Snurdly se repose paisiblement dans sa tombe. Il a un petit, petit fils appelé Fielding Melish. Fielding décide de récupérer les lettres perdues de son arrière grand-père, Marvin Snurdly. Mais Fielding peut seulement trouver 13 des lettres de Marvin. Des milliers de lettres que Marvin a écrits dans sa vie seulement 13 ont survécu ! Neuf d'entre elles ont été écrites aux couples en crise matrimoniale. Quatre d'entre elles ont été écrits à différents conjoints.

Toutes ces lettres ont été écrites dans l'espace de 20 ans : De 1980 à 2000. Fielding Melish planifie de compiler ces lettres dans un volume. Mais il y a quelque chose d'intéressant au sujet de la manière dont Marvin a écrit ses lettres qui rend la tâche de Fielding quelque peu difficile.

D'abord, Marvin avait une habitude ennuyante de ne jamais dater ses lettres. Aucun jour, mois, ou année n'apparaissent sur aucune des 13 lettres. En second lieu, les lettres ne dépeignent seulement qu'une demi-portion de la conversation. Les lettres initiales écrites à Marvin ayant provoqué ses réponses n'existent plus. En conséquence, la seule manière de comprendre le contexte des lettres de Marvin est en reconstruisant la situation matrimoniale de la réponse de Marvin.

Chaque lettre a été écrite à un moment différent, à des peuples de culture différente, traitant un problème différent. Par exemple, en 1985, Marvin a écrit une lettre à Paul et à Sally de la Virginie, États-Unis qui éprouvaient des problèmes sexuels tôt dans leur mariage. En 1990, Marvin a écrit une lettre à Jethro et Matilda d'Australie qui avaient des problèmes avec leurs enfants. En 1995, Marvin a écrit une lettre à une épouse du Mexique qui éprouvait une crise de remise en question.

Notez bien, 20 ans, 13 lettres, écrites à des peuples différents, à différentes heures, à différentes cultures éprouvant différents problèmes.

Le désir de Fielding Melish est de mettre ces 13 lettres dans l'ordre chronologique. Mais sans dates, il ne peut pas le faire. Ainsi Fielding les met dans l'ordre décroissant. C'est-à-dire, il prend la plus longue lettre et la met d'abord. Il met la seconde plus longue ensuite. Il prend la troisième plus longue et la place en troisième. La compilation finit avec la lettre la plus courte de Marvin. 13 lettres sont arrangées, pas chronologiquement, mais par longueur.

La collection est imprimée et devient un best-seller durant la nuit. Les gens l'achètent par charges de camion.

100 ans passent et La Collection des Oeuvres de Marvin Snurdly compilés par Fielding Melish passent l'épreuve du temps. L'oeuvre est toujours très populaire. Encore 100 ans passent, et ce volume est employé copieusement dans tout le monde occidental. (Marvin s'est reposé dans sa tombe pendant 300 années maintenant.)

Le livre est traduit en des douzaines de langues. Les conseillers de mariage le citent à gauche et à droite. Les universités l'utilisent dans leurs cours de sociologie. Il est tellement employé couramment que quelqu'un a une idée lumineuse sur la façon de faciliter la référence au volume à des fins de citation.

Quelle est cette idée lumineuse ? Elle est de diviser les lettres de Marvin en chapitres et phrases numérotées (nous les appelons versets). Ainsi des chapitres et des versets sont opérés dans La Collection des Oeuvres de Marvin Snurdly.

Mais en ajoutant des chapitres et versets à ces lettres autrefois vivantes, un changement passe inaperçu. Les lettres perdent leur contact personnel. Au lieu de cela, elles prennent l'allure d'un manuel.

Différents sociologues commencent l'écriture de livres concernant le mariage et la famille. Leur source principale ? La Collection des Oeuvres de Marvin Snurdly. Prenez n'importe quel livre du 24ième siècle au sujet du mariage, et vous trouverez l'auteur citant des chapitres et des versets des lettres de Marvin.

Ça ressemble habituellement à ceci : En faisant une remarque particulière, un auteur citera un verset de la lettre de Marvin écrite à Paul et à Sally. L'auteur prélèvera alors un autre verset de la lettre écrite à Jethro et à Matilda. Il extraira un autre verset à partir d'une autre lettre. Alors il coudra ces trois versets ensemble sur quoi il établira sa philosophie matrimoniale particulière.

Pratiquement chaque sociologue et thérapeute matrimonial qui écrit un livre sur le mariage fait la même chose. Pourtant l'ironie est ici. Chacun de ces auteurs contredit constamment les autres, quoiqu'ils aient tous la même source !

Mais ce n'est pas tout. Non seulement les lettres de Marvin ont été transformées en prose froide quand elles étaient vivantes à l'origine, des épîtres vraies à de vrais peuples dans de vrais endroits. Mais elles sont devenues une arme dans les mains d'hommes avec des intentions. Quelques auteurs sur le mariage commencent à isoler des textes preuves de l'oeuvre de Marvin pour marteler ceux qui sont en désaccord avec leur philosophie matrimoniale.

Comment peuvent-ils faire cela ? Comment ça se fait ? Comment est-ce que tous ces sociologues se contredisent quand ils emploient exactement la même source ! ? C'est parce que les lettres ont été prélevées de leur contexte historique. Chaque lettre a été épluchée de son ordre chronologique et extirpée de son contexte originel.

Autrement dit, les lettres de Marvin Snurdly ont été transformés en série de sentences isolées, disjointes, réduites en fragments pour que n'importe qui prélève une phrase d'une lettre, une autre phrase d'une autre lettre, les colle ensemble pour créer la philosophie matrimoniale de leur choix.

Une histoire étonnante ? En voici la leçon. Que vous le réalisiez ou pas, j'ai juste décrit votre Nouveau Testament !

L'ordre des lettres de Paul

Votre Nouveau Testament se compose la plupart du temps des lettres de Paul. Paul de Tarse en a écrit les deux tiers. Il a écrit 13 lettres dans l'espace de 20 ans. Neuf lettres ont été écrites aux églises de différentes cultures, à différents moments, éprouvants différents problèmes. Quatre lettres ont été écrites à différents chrétiens. Les individus qui ont reçu ces lettres traitaient également différentes issues à différents moments.
 

Notez bien : 20 ans, 13 lettres écrites à différentes églises, à différents moments à des cultures différentes, éprouvant différents problèmes. (4)


Au début du deuxième siècle, quelqu'un a pris les lettres de Paul et les a compilées dans un volume. Le terme technique pour ce volume est « canonique ». (5) Les érudits se réfèrent à ce volume compilé comme « canon Paulinien ». C'est essentiellement votre Nouveau Testament avec quelques lettres supplémentaires après les quatre Évangiles et les Actes placés à l'avant, et l'Apocalypse qui ferme le tout.

En ce temps-là, personne ne savait quand les lettres de Paul furent écrites. Même si on l'avait, il n'aurait pas importé. Parce qu'il n'y avait aucune priorité pour l'ordre alphabétique ou chronologique. (6) Le monde Gréco-romain du premier siècle classait sa littérature selon la longueur décroissante. (7)

Regardez comment votre Nouveau Testament est arrangé. Que trouvez-vous ? La plus longue lettre de Paul apparaît d'abord. (8) C'est Romains. 1 Corinthiens est la deuxième plus longue lettre, par conséquent c'est la raison pour laquelle elle suit Romains. 2 Corinthiens est la troisième plus longue lettre. Votre Nouveau Testament suit ce modèle jusqu'à ce que vous veniez à ce petit livre minuscule appelé Philémon. (9)

Voici l'ordre actuel qui apparaît dans votre Nouveau Testament. Les livres sont arrangés selon la longueur décroissante : (10)

 

Romains
1 Corinthiens
2 Corinthiens
Galates
Éphésiens (11)
Philippiens
Colossiens
1 Thessaloniciens
2 Thessaloniciens
1 Timothée
2 Timothée
Tite
Philémon

 

Alors, quel est l'ordre chronologique approprié de ces lettres ? Selon la meilleure source disponible, voici l'ordre dans lequel elles ont été écrites (12) :
 

Galates
1 Thessaloniciens
2 Thessaloniniens
1 Corinthiens
2 Corinthiens
Romains
Colossiens
Philémon
Éphésiens
Philippiens
1 Timothée
Tite
2 Timothée

 


L'addition des chapitres et des versets

En l'année 1227, un enseignant à l'université de Paris du nom de Stephen Langton ajouta des divisions de chapitres à tous livres du Nouveau Testament. Puis, en 1551, un imprimeur appelé Robert Stephanus (13) numérota les phrases de tous les livres du Nouveau Testament. (14)

Selon le fils de Stephanus, les divisions de verset que son père avait créées ne rendent pas service au sens du texte. Stephanus n'a employé aucune méthode approuvée. Tout en montant à cheval de Paris à Lyon, il versifia le Nouveau Testament en entier à patir des divisions par chapitre de Langton. (15)

Ainsi furent créés les versets dans les pages des Saints Écrits en l'année 1551. (16) Et depuis, le peuple de Dieu approche le Nouveau Testament avec des ciseaux et de la colle, copiant et collant des phrases isolées et disjointes de différentes lettres, les prélevant de leur emplacement réel en les collant ensemble pour prouver des doctrines flottantes. Et ce, tout en leur donnant le nom de « Parole de Dieu ».

Cette approche mi-cuite vit toujours dans nos séminaires, universités de Bible, églises, études de Bible, et (tragiquement) nos églises de maison aujourd'hui. (17) La plupart des chrétiens sont complètement hors de contact avec les événements sociaux et historiques de l'arrière-plan de chacune des lettres du Nouveau Testament. Au lieu de cela, ils ont transformé le Nouveau Testament en manuel utilisé pour prouver n'importe quel point. Le hachage de la Bible en fragments rend tout ceci particulièrement facile.

 

Comment nous approchons le Nouveau Testament

On nous a enseignés à approcher la Bible de sept manières. Voyez combien vous pouvez faire de tic-tac-toe avec un crayon pour chaque façon qui s'applique à vous :
 

1. Vous recherchez les versets qui vous inspirent. Lorsque vous les trouvez, vous les accentuez, les apprenez par coeur, les méditez un moment, ou les mettez sur la porte du réfrigérateur.
2. Vous recherchez les versets qui indiquent ce que Dieu a promis de sorte que vous puissiez le confesser dans la foi et obliger le Seigneur à faire ce que vous voulez. (Si vous faites partie du mouvement de « nommez-le, réclamez-le », « parlez-en, saisissez-le » vous êtes passé maître dans cet art.)
3. Vous recherchez les versets qui indiquent ce que Dieu vous ordonne de faire.
4. Vous recherchez les versets que vous pouvez citer pour effrayer le diable ou lui résister dans l'heure de la tentation.
5. Vous recherchez les versets qui s'avéreront votre doctrine particulière de sorte que vous puissiez couper-coller votre co-religionnaire théologique en rubans bibliques. (En raison de la méthode preuve-texte, une vaste majorité de chrétiens se comportent comme si la seule citation d'un certain verset aléatoire et hors contexte des Écritures peut conclure toute discussion sur pratiquement tous les sujets.)
6. Vous recherchez des versets dans la Bible pour reprendre et/ou corriger d'autres.
7. Si vous êtes un prédicateur, vous recherchez les verset qui « prêchent » bien pour le sermon du dimanche matin prochain. (C'est une habitude enracinée pour les prédicateurs. Il est tellement encrassé que bon nombre d'entre eux sont incapables de lire leur Bible que pour glaner du matériel de sermon.)


Regardez maintenant cette liste encore. Vous êtes-vous trouvé là ? Remarquez comment chacune de ces approches est fortement individualiste. Toutes vous placent, vous, le chrétien individuel, au centre. Chaque approche ignore le fait que la majeure partie du Nouveau Testament a été écrite à des congrégations de personnes (églises), pas à des individus.

Mais ce n'est pas tout. Chacune de ces approches est construite sur la méthode preuve-texte isolé. Ils traitent le Nouveau Testament comme un manuel et nous aveugle à son vrai message. Il n'est donc pas surprenant que nous puissions avec approbation incliner la tête devant nos pasteurs payés, l'ordre de culte du dimanche matin, les sermons, les bâtiments d'églises, les costumes religieux, les choeurs, les équipes de culte, les séminaires, et un sacerdoce passif sans grimacer.

On nous a enseignés à approcher la Bible comme un puzzle. Pour la plupart d'entre nous, on ne nous a jamais dit l'histoire entière qui se trouve derrière les lettres de Paul, Pierre, Jacques, Jean, et Jude. On ne nous a enseigné que des chapitres et des versets, pas le contexte historique. (18)

Par exemple, vous a-t-on jamais enseigné l'histoire derrière la lettre de Paul aux Galates ? Avant que vous n'incliniez la tête, voyez si vous pouvez répondre à ces questions de tête : Qui étaient les Galates ? Quelle était leur situation ? Quand et pourquoi Paul leur a-t-il écrit ? Que s'est-il produit juste avant que Paul ait complété son traité aux Galates ? Où était-il quand il l'a écrit ? Qu'est-ce qui l'a provoqué à écrire la lettre ? Et où dans les Actes trouvez-vous le contexte historique pour cette lettre ? Tous ces sujets de fond sont indispensables pour comprendre ce qu'est notre Nouveau Testament. Sans eux, nous ne pouvons simplement pas comprendre la Bible clairement ou correctement. (19)

Un auteur l'exprime ainsi, « l'arrangement des lettres de Paul dans le Nouveau Testament est en général celui de leur longueur. Quand nous les réarrangeons dans leur ordre chronologique, les adaptant autant que possible dans le contexte des Actes des apôtres, elles commencent à révéler de plus en plus leur trésor ; elles deviennent explicites, jusqu'à un plus haut degré que quand ce contexte est ignoré ». (20)

Un autre écrit, « si les futures éditions (du Nouveau Testament) veulent faciliter au lecteur la compréhension du Nouveau Testament, elles devront réaliser que le moment est venu de faire disparaître les divisions de versets et de chapitres du texte et pour être placés dans la marge dans un endroit aussi inaperçu que possible. Tous les efforts doivent être fait au maximum pour imprimer le texte de manière à mettre en évidence les unités que l'auteur lui-même avait à l'esprit ». (21)

J'appelle notre méthode d'étudier le Nouveau Testament l'« approche presse-papier ». Si vous connaissez les ordinateurs, vous connaissez la fonction appelée « presse-papiers ». Si vous vous avérez justement à être devant une unité de traitement de texte, vous pouvez couper et coller des morceaux de texte par l'intermédiaire du presse-papiers. Le presse-papiers vous permet de couper une phrase d'un document et de la coller dans un autre.

Les pasteurs, les séminaristes, et les laïques de même ont été conditionnés par l'approche presse-papiers en étudiant la Bible. Voici comment nous justifions notre vision humaine, terre-à-terre, synthétique, encroûtée et emballée et la faisant passer comme « biblique ». C'est pourquoi nous passons à côté de ce que l'église primitive était toutes les fois que nous ouvrons notre Nouveau Testament. Nous voyons des versets. Nous ne voyons pas l'image entière.

Laissez-moi vous démontrer comment cette approche est encore aujourd'hui vivante et bien portante, et jusqu'à quel point elle régit nos esprits.

 

Rencontrez Joe Housechurch

Joe Housechurch a grandi dans l'église institutionnelle. Depuis les 10 dernières années, il en a été mécontent.

Joe prend un livre sur les « églises de maisons », et il fait une crise de conscience. Il en vient à apprendre des choses étonnantes. À savoir, il n'est aucun pasteur moderne dans le Nouveau Testament. Il n'y a aucun bâtiment d'église. Il n'y a aucun clergé payé, et les réunions d'église sont ouvertes pour la participation de tous.

Toutes ces découvertes font basculer le monde de Joe. De sorte qu'il quitte l'église institutionnelle. Pas sans faire face à la fureur du pasteur, d'ailleurs. Vous voyez, Joe fait l'erreur de partager ces « grandes révélations » avec d'autres dans son église. En conséquence, le pasteur en a obtenu vent, et Joe s'est retrouvé en conflit avec le pasteur. De son pupitre, Joe a été stigmatisé en tant qu'« hérétique dangereux », et le rassemblement a été chargé de couper toute communion avec lui.

Après avoir soigné ses blessures, Joe prend son Nouveau Testament, ne se rendant jamais compte que l'approche de couper et coller vit toujours dans son cerveau. La « mentalité de presse-papiers » n'a jamais été disséquée de sa pensée. Mais il en est avec bonheur ignorant, comme le sont la plupart des chrétiens.

Joe commence à chercher les ingrédients pour commencer une « église du Nouveau Testament ». Ainsi il commence à faire ce que la plupart des chrétiens sont conditionnés à faire en cherchant la volonté de Dieu. Il tire des versets du Nouveau Testament, ignorant le contexte historique et social de ces versets.

Joe trouve
Matthieu 18:20 : « Car là où il y en a deux ou trois assemblés en mon Nom, je suis là au milieu d'eux ». Joe continue à lire et trouve dans Actes 2:46, « et ils rompaient le pain dans les maisons ». Joe obtient une révélation. « Tout ce que j'ai à faire est d'ouvrir ma maison, à deux ou trois pour se réunir ici, et voilà ! J'ai planté une église du Nouveau Testament ! »

Ainsi le dimanche suivant, Joe ouvre sa maison et commence une « église de maison » basée sur le Nouveau Testament (ainsi pense-t-il).

Joe obtient une autre révélation : « Je suis un planteur d'église comme Paul. J'ai commencé une église de maison juste comme lui ». Joe ne se rend pas compte qu'il a juste prélevé deux phrases de deux documents différents complètement hors contexte historique et les a cousues ensemble pour faire quelque chose qui n'a aucune racine dans les Écritures.


Matthieu 18:20 n'est pas une recette pour fonder une église. Ce passage traite d'une réunion d'excommunication ! Les Actes 2:46 est simplement un rapport de ce que les premiers chrétiens faisaient. Oui, les premiers chrétiens se sont réunis dans les maisons. Et on recommande fortement que nous nous réunissions dans les maisons aujourd'hui. (22) Mais, l'ouverture de la maison et l'invitation au peuple pour se réunir là ne fait pas une église. Ni fait-il du propriétaire de la maison un « planteur d'église ! »

Les églises qui ont été plantées au premier siècle ont été plantées avec du sang et de la sueur. Les hommes qui les ont plantés ne sont pas partis de la synagogue samedi et n'ont pas décidé qu'ils allaient planter des églises de maisons le dimanche. Chaque homme dans le Nouveau Testament impliqué dans la plantation des églises était premièrement un frère ordinaire dans une église déjà existante. En temps voulu, cet homme, après beaucoup de tribulation et de service dans une église, qui l'a connu si bien qu'on pouvait le lire comme un dictionnaire, était identifié et envoyé avec l'approbation de cette église. C'est un modèle cohérent dans tout le Nouveau Testament. (23)

Vous pouvez prouver n'importe quoi avec des versets, cher lecteur. Voir la naissance d'une église qui retrace les églises du premier siècle prend énormément plus de travail que d'ouvrir votre maison et faire asseoir du monde sur des divans confortables pour boire de la Java, manger des biscuits, et parler de la Bible.

Qu'est-ce que je veux dire par une église du premier siècle ? Je parle d'un groupe de personnes qui savent éprouver Jésus-Christ et l'exprimer lors d'une réunion, sans officiant ou directeur humain. Je parle d'un groupe de personnes qui peuvent fonctionner ensemble en tant que corps quand ils sont laissés à eux-mêmes après que le planteur d'église est parti. (24)

L'homme qui plante une église dans le style du premier siècle, la quittera sans pasteur, anciens, directeur de musique, aide à la Bible, ou enseignant de la Bible. Si cette église est bien plantée, ces croyants sauront accéder à la Souveraineté vivante et actuelle de Jésus-Christ lors d'une réunion. Ils sauront Lui laisser la direction de leurs rassemblements. Ils apporteront leurs propres chants, ils écriront leurs propres chants, ils serviront à partir de ce que le Christ leur montre sans le besoin de la présence d'un dirigeant humain ! (25)

Équipez un peuple dans ce but demande, plus que l'ouverture de votre maison en disant, « venez faire l'étude de la Bible ».

Revenons à notre histoire. Joe Housechurch a maintenant une « église du Nouveau Testament ». Comme dans tous les petits groupes comme celui de Joe, la question de la conduite est prélevée. Que fait Joe ? Il glane la Bible à la recherche de versets sur la direction. Il s'arrête aux
Actes 14, au verset 23 qui dit, « et ils ont nommé des anciens dans chaque église ». Joe obtient une autre révélation ! « La Parole de Dieu déclare que chaque église du Nouveau Testament a des anciens », « Par conséquent, notre église de maison a besoin d'anciens ! »

Joe fait cette découverte seulement deux semaines après l'ouverture de sa maison ! « Chaque église du Nouveau Testament avait des anciens », dit Joe. Ainsi il prélève le verset hors de son contexte et Joe nomme des anciens. (Joe s'avère justement être l'un de ces anciens d'ailleurs.)

Quel est le contexte historique des
Actes 14 ? Deux planteurs d'églises, Paul et Barnabas, sont envoyés par leur église à Antioche. Avant cet envoi, les deux hommes avaient déjà éprouvé la vie d'église comme frères, pas comme dirigeants (Barnabas à Jérusalem et Paul à Antioche).

Actes 14:23 fait partie d'une description de ce qui a eu lieu après que ces deux planteurs d'églises furent envoyés. Ils sont dans le sud de la Galatie. Les deux hommes ont juste planté quatre églises. Maintenant ils retournent pour visiter ces églises six mois à un an après que ces églises ont été plantées. Paul et Barnabas reviennent à chacune des églises de Galatie pour « faire nommer publiquement des anciens » dans chaque église. (26)

Mais Joe a commis une erreur bien plus subtile. Le verset indique que Paul et Barnabas ont nommé des anciens dans chaque église. Joe comprend que chaque église véritable doit avoir des anciens. Pourtant ce texte n'indique aucunement une telle chose. Le verset se rapporte à un événement dans Galatie du sud pendant le premier siècle. « Chaque église » signifie chaque église dans Galatie du sud en A.D. 49 ! (27) Luc parle des quatre églises que Paul et Barnabas avaient plantées. Voyez-vous le problème vers lequel nous courons quand nous prélevons des versets de leur contexte historique ?

La vérité est que, Joe Housechurch est totalement à l'extérieur les bornes bibliques ! D'abord, il n'est pas un planteur d'église ambulant. (Ce sont les hommes qui reconnaissaient les anciens au premier siècle.) En second lieu, l'église est trop jeune pour avoir des anciens. À Jérusalem, il s'est écoulé au moins 14 ans pour que des anciens apparaissent. Mais Joe Housechurch a son verset, ainsi il « se base sur les Écritures » (dans son imagination).

Plus tard, la question de donner de l'argent se manifeste. Ainsi Joe se réfère à
1 Corinthiens 16:2, « Que chacun de vous, le premier jour de la semaine, mette à part chez lui ce qu'il pourra, selon sa prospérité ». Basé sur ce verset, Joe institue une règle que chacun dans son église de maison devrait donner de l'argent aux fonds de l'église le dimanche matin.

Encore, Joe a pris un passage hors contexte et a établi une pratique basée sur celui-ci.
1 Corinthiens 16:2 traite d'un projet d'une seule fois. Il fut écrit en A.D. 55 à l'église à Corinthe lorsque, Paul rassemblait l'argent de toutes les églises des Gentils qu'il avait plantées. Paul avait un but en ceci : Il voulait apporter cette collection aux frères et aux soeurs à Jérusalem qui passaient par une profonde pauvreté. C'était une affaire d'une seule fois. Paul disait aux Corinthiens, « d'ailleurs, quand je viens pour visiter, je veux que cet argent soit prête à être apportée à Jérusalem. Chaque dimanche quand vous venez ensemble, vous mettez graduellement de côté des fonds de soulagement ». 1 Corinthiens 16:2 n'a, donc, rien à faire avec un rituel superficiel de prendre une offrande chaque dimanche matin. (28)

Il y a plus. L'église de la maison de Joe commence à discuter la question de la mission de l'église. Naturellement, Joe sort sa glaneuse et recherche les versets qui apporteront une réponse. Il s'arrête à
Matthieu 28:19, « allez donc vers toutes les nations, les enseignant... » il les renvoie à Marc 16:15 qui dit : « Allez par le monde et prêchez l'Évangile ». Il continue aux Actes 5:42 qui dit, « Et ils ne cessaient tous les jours d'enseigner et d'annoncer Jésus-Christ ».

Joe se dit, « notre mission est de prêcher l'Évangile. C'est pourquoi nous existons. Pourquoi, si Dieu ne voulait pas que nous prêchassent l'Évangile il nous aurait fait mourir après que nous ayons obtenu le Salut ! Ainsi la seule raison pour laquelle nous respirons et pour laquelle nous avons des églises de maisons est pour prêcher l'Évangile. C'est ce que le Nouveau Testament indique. Je l'ai lu ».

À nouveau, M. Joe Housechurch a prélevé trois versets totalement hors contexte. Dans
Matthieu 28:19 et Marc 16:15, Jésus ne parle pas à chaque chrétien. Il parle à douze hommes qui n'avaient jamais prêché l'Évangile jusqu'à ce que le Seigneur les ait envoyés. Et il ne les a pas envoyés jusqu'à ce qu'il les ait d'abord formés pendant trois années. (29) Ces hommes étaient des apôtres (planteurs d'églises). En conséquence, la prétendue « Grande Commission » est une Parole à ceux qui plantent des églises. Elle n'est pas donnée à chaque croyant.

De plus, dans le Grec original, la « grande Commission » se lit : « Après être allé sur votre chemin... » par conséquent, c'est une prophétie (« étant allés »), pas une ordre (« allez »). (30) Le Seigneur n'a pas dit aux douze apôtres « d'aller ». Il leur a dit qu'ils iraient.

Qui prêche l'Évangile dans les
Actes 5 ? Ces mêmes hommes. Les apôtres. Fait intéressant, aucun chrétien à Jérusalem autre que les douze apôtres n'ont prêché l'Évangile jusqu'à ce que huit ans aient passé. (31) Ils ont appris avec Jésus-Christ dans le contexte de la vie d'église avant qu'ils aient répandu la bonne nouvelle. D'ailleurs, quand les frères et les soeurs à Jérusalem ont commencé à répandre l'Évangile après que ces huit années aient passé, elles ne l'ont pas fait par devoir. Il s'est spontanément produit quand elles ont été dispersées dans l'ensemble de la Palestine. À la différence des chrétiens d'aujourd'hui, les premiers croyants n'ont pas partagé le Christ à partir de la culpabilité, d'un ordre, ou du devoir. Ils l'ont partagé parce qu'il se déversait et coulait hors de leurs coeurs reconnaissants, et ils ne pouvaient pas s'en empêcher !

Le processus de pensée de Joe au sujet de la mission de l'église a été formé par deux choses : le revivalisme du 19ième siècle (voir le
chapitre 1), et l'approche presse-papiers (couper-coller) à la Bible.

 

L'effet net de l'approche presse-papiers


Reculons-nous et analysons l'histoire de Joe. Joe a excessivement mal traité le Nouveau Testament. Son motif est-il pur ? Oui. A-t-il un coeur pour Dieu ? Oui. Est-ce que ceci l'a gardé des mauvaises applications des Écritures ? Non.

Joe est venu au Nouveau Testament de la même manière que nous avec les ciseaux et la colle. Préparez à couper, coller, et créer une base pour nos doctrines et pratiques préférées.

L'effet net de l'approche presse-papiers est tragique. Il a produit un amas d'églises sans aucune base scripturale sur laquelle s'appuyer. (Je parle de l'église institutionnelle comme nous l'avons aujourd'hui.) Plus encore, il a produit une masse d'« églises de maisons », » de format mécanique, sans vie, sans couleur, et stériles.

Je me rappelle la vision qu'Ézéchiel a eue de la vallée des os desséchés. (32) Le Seigneur transporta Ézéchiel vers une vallée des os, et la Parole vivante de Dieu est venu en avant pour ressusciter ces os. Les Écritures indiquent que les os s'approchèrent les uns des autres. Les os se sont revêtus avec des nerfs et de la chair. Et quand le souffle de Dieu vint comme un vent impétueux, ces os morts sont devenus une armée puissante.

La plupart des « planteurs » d'églises de maisons modernes peuvent être décrits comme des hommes qui sont venus à la vallée des os secs avec la colle, le fil, les aiguilles, et les versets du Nouveau Testament à leur disposition. Ils ont pris les os et les ont collés ensemble. Ils ont passé l'aiguille par les nerfs et ont cousu la chair par-dessus. Alors ils se sont reculés et ont dit : « Regardez, une église du Nouveau Testament construite sur le Nouveau Testament. Nous avons des anciens, nous nous réunissons dans une maison, nous n'avons pas un clergé professionnel, nous prenons une collecte chaque dimanche, et nous prêchons l'Évangile ».

Mais il n'y a aucun souffle impétueux et puissant !

L'Église de Jésus-Christ ne peut pas être commencée. Elle ne peut pas être soudée. Il n'y a aucun plan ou modèle que nous pouvons découper du Nouveau Testament en extrayant des versets tout en essayant de les imiter mécaniquement. L'Église de Jésus le Christ est une entité biologique et vivante ! Elle doit être maintenue vivante.

Si nous désirons les résultats du premier siècle, l'église doit naître de la même manière que toutes les églises du premier siècle. Si vous comptez toutes églises mentionnées dans le Nouveau Testament, il y a en environ 35. Chacune d'entre elles ont été plantés ou facilités par un planteur d'église itinérant qui prêchait seulement Christ. Il n'y a aucune exception. L'église a été établie en raison de la présentation apostolique de Jésus-Christ.

Il y a plus de versets pour supporter ce principe qu'il y en a pour les assemblées dans les maisons, pour les réunions ouvertes et participatives, pour un rassemblement et une collecte le dimanche matin, et comme nous l'avons vu, pour toutes les choses non scripturaires que nous faisons dans l'église moderne, incluant le contrat de pasteur ! Le principe des ouvriers itinérants extra-locaux qui plantent et aident une église prévaut dans le Nouveau Testament.

 

Notez bien : Le Nouveau Testament n'est pas un manuel pour la pratique en matière d'église. C'est l'historique d'Emmanuel — Jésus-Christ insufflant sa vie divine par son peuple au premier siècle ! Le livre des Actes n'est pas un livre d'instruction pour l'ordre d'église. C'est un historique de la façon dont la tête de l'Église donne naissance à son corps et de la façon dont elle s'exprime ! Les épîtres ne sont pas des textes manipulables nous montrant comment être de bons chrétiens. Elles sont des lettres vivantes, écrites à différentes heures à différentes églises vivant dans différentes cultures éprouvant différentes circonstances !

Mais elles parlent toutes d'une seule voix. Et cette voix découle d'une saga cohérente qui s'écoule librement. Une saga qui doit être dévoilée si jamais nous ne revenons à la mentalité chrétienne primitive et à la pratique de l'église primitive.

Un remède pratique


Quel est alors, l'antidote à l'approche de presse-papiers au Nouveau Testament ? Quel est le remède qui vous introduira dans une expression vivante du corps du Christ, style de premier siècle ? L'antidote commence par la compréhension de notre Nouveau Testament.

Nous avons été conditionnés à approcher le Nouveau Testament avec un microscope et à extraire les versets qui découvrent ce que faisaient les premiers chrétiens. Nous devons abandonner cette mentalité entière, prendre du recule, et jeter un coup d'oeil frais dans les Écritures. Nous devons réapprendre la totalité du drame du commencement jusqu'à la fin. Nous devons apprendre à regarder le Nouveau Testament panoramiquement, pas au microscope.

F.F. Bruce, un des plus grands auteurs de notre temps, fait un rapport impressionnant. Il a dit que quand vous lisez les lettres de Paul, c'est comme écouter seulement que la moitié d'une conversation téléphonique. On a assez fait dans le domaine de la recherche biblique au cours des dernières années que nous pouvons reconstruire la saga entière de l'église primitive. Avec reconnaissance, nous pouvons maintenant entendre l'autre côté de la conversation ! (33)

Apprendre l'histoire de l'église primitive traite pour toujours la fièvre de l'approche presse-papiers au Nouveau Testament. L'étude de l'histoire mettra à nu les principes spirituels conformes dans tout le Nouveau Testament qui sont en Dieu lui-même. Nous manquons radicalement ces principes en raison de la manière dont nous approchons la Bible. Ce qui n'aide pas non plus, c'est que notre Nouveau Testament n'est pas dans l'ordre chronologique.

Quand vous apprenez l'histoire, vos versets doivent se marier et se plier à elle. Plus jamais vous ne pourrez prendre un verset hors du contexte et dire, « regarde, nous sommes censés faire ceci ». Plusieurs des versets que nous chrétiens retirons par habitude de la Bible ne se rapporteront simplement plus. Vous serez renversés parce que pour la première fois vous comprendrez l'image entière.


Défi final

Quelqu'un une fois a dit, « Il n'est peut-être rien de pire que d'atteindre le haut de l'échelle pour découvrir que vous êtes sur le mauvais mur ». (34) Après la lecture de ce livre, vous devriez pouvoir vous identifier en rapport avec cette citation. À cet égard, je finirai en lançant un défi qui va directement au coeur.

Vous avez appris que les pratiques en matière d'église que vous aviez silencieusement supposé être biblique étaient en fait non scripturaires. Vous avez découvert l'origine de ces pratiques. Vous savez qu'elles n'ont pas une origine divine mais humaine, même païenne. Et vous savez qu'elles contrecarrent l'intention finale de Dieu pour son Église. (35) Vous vous êtes également rendu compte que vous étiez désespérément dépendant de ces traditions insurmontables. Même retenus par elles.

Dans cette lumière chancelante, je pose la question laconique : Est-ce que vous continurez à pratiquer ces traditions ou les abandonnerez-vous ? Continuerez-vous de pratiquer ce que vous savez être en désaccord avec la voie de Dieu ?

Allez-vous ignorer avec désinvolture ce que vous avez lu dans ce livre concernant vos pratiques en matière d'église ? Ou est-ce que vous serez fidèle aux fins absolues de la lumière en vous pour couper avec la tradition de l'homme, afin de poursuivre la plénitude du Christ et de son Église ?

Après la réception de la lumière, continuerez-vous à élever vos inventions religieuses au-dessus de la révélation inspirée de Dieu ? Ou porterez-vous attention à la lumière qui est en vous ?

Ferez-vous le pas hors de l'église institutionnelle qui embrasse les pratiques opposées au Nouveau Testament ou « annulez-vous ainsi la parole de Dieu au profit de votre tradition » ? (36) Tradition qui persiste à attacher une lourde pierre de meule sur le cou de l'Église de Christ. (37)

Continuerez-vous à sacrifier dans la ville du Pharaon ? Ou irez-vous sur les frontières pour estimer la distance et faire le plongeon ?

L'histoire démontre que là où la conscience et la tradition sont en conflit, la grande partie du peuple de Dieu choisit la tradition. (38) Alors maintenant, la question qui se pose à la maison est... Qu'allez-vous faire ? (39)

 

« Depuis les 50 ou 100 dernières années les recherches sur le Nouveau Testament ont assidûment et avec succès dressé la tâche de l'élucidation de ce qui était connue comme « Ecclésia » dans le Christianisme primitif, très différent de ce qui s'appelle aujourd'hui l'église dans les camps romains et protestants... Cette approche, qu'une étude impartiale du Nouveau Testament et le besoin criant de l'Église nous ont aidés à réaliser, s'exprime comme suit : l'« Ecclésia », du Nouveau Testament est la communion avec Jésus-Christ, c'est une communion pure de personnes et n'a rien à voir avec le caractère d'une institution ; il serait donc erroné à quiconque d'identifier une des églises comme historiquement développée, puisque toutes sont marquées par un caractère institutionnel, avec la véritable communion chrétienne ».
Emil Brunner

 

Notes
1 Ce chapitre est basé sur un message que l'auteur a livré à une conférence d'église de maison à l'université d'Oglethorpe à Atlanta, en Géorgie le 29 juillet 2000. 2 Pour une discussion sur la scholastique protestante, voir : Evangelical Dictionary of Theology de Walter Elwell (Grand Rapids : Baker Book House, 1984), pp. 984-985. Francis Turretin (Reformed) et Martin Chemnitz (Lutheran) sont les deux principaux "Quakers" parmi les érudits protestants (Evangelical Dictionary of Theology, pp. 1116 & 209 respectivement). 3 Le Dispensationalisme et l'enlèvement pré-tribulationel sont deux d'entre eux. La série très réussie Left Behind (Laissé derrière) est basée sur ces enseignements (Time, July 1, 2002, pp. 41-48). Pour la fascinante origine de la doctrine de la pré-tribulation de Darby, voir : The Incredible Cover-Up de Dave MacPherson (Medford : Omega Publications, 1975). 4 Voir : New Testament Introduction : Revised Edition de Donald Guthrie (Downers Grove : InterVarsity Press, 1990). Pour une bonne discussion sur notre Bible, voir Christian History, Issue 43, Vol. XIII, No. 3 and "How We Got our Bible", Christianity Today, February 5, 1988, pp. 23-38. 5 Paul : The Apostle of the Heart Set Free de F.F. Bruce (Grand Rapids : Eerdmans, 1977), p. 465. Les spécialistes se réfèrent au canon de Paul en tant que le " corpus Paulinien." Pour en connaitre advantage sur l'histoire du canon du Nouveau Testament, voir F.F. Bruce The Canon of Scripture (Downer's Grove : InterVarsity Press, 1988), Chapitres 8-23. 6 Jerome Murphy-O'Connor, Paul the Letter-Writer (Collegeville : The Liturgical Press, 1995), p. 121 7 Ibid., P. 120. Cette pratique est connue comme stichométrie. 8 Pour une discussion complète sur l'ordre du canon Paulinien, voir : Paul the Letter-Writer, Chapitre 3. 9 Hébreux ne semble pas être Paulinien, ainsi il ne fait pas partie du corpus Paulinien. 10 En 1864, Thomas D. Bernard a fourni une série d'entretiens appelés « les conférences de Bampton ». Ces conférences ont été éditées dans un livre en 1872 intitulé The Progress of Doctrine in the New Testament. Dans le livre, Bernard argumente du fait que l'ordre actuel des lettres de Paul dans le Nouveau Testament a été divinement inspiré et recommandé. Ce livre est devenu très populaire parmi les enseignants de la Bible aux 19ième et 20ième siècles. En conséquence, pratiquement chaque texte théologique, texte exégétique, ou commentaire biblique écrit en ce siècle suit l'ordre chaotique actuel, ne réalisant pas combien il nous a aveuglés à la vision panoramique entière du Nouveau Testament. « La critique canonique » est grande parmi les séminaristes. C'est l'étude du canon en tant qu'unité afin d'acquérir une théologie biblique globale. Ce qui est nécessaire aujourd'hui est une théologie établie, non pas sur le canon actuel et son désordre, mais sur l'histoire chronologique de l'église primitive. 11 Éphésiens dépasse réellement Galates d'un cheveux, mais les livres étaient dérangés en raison d'une préférence d'un scribe. Ceci n'étonne pas puisque la différence dans la longueur est si minime. Paul the Letter-Writer, p. 124). 12 Voir l'introduction au Nouveau Testament de Donald Guthrie : Édition révisée ; Revised Edition ; The Letters of Paul : An Expanded Paraphrase de F.F. Bruce (Grand Rapids : Eerdmans, 1965) ; Paul : The Apostle of the Heart Set Free de F.F. Bruce (Grand Rapids : Eerdmans, 1977). 13 Il s'appelle également Robert Estienne. 14 Norman Geisler and William Nix, A General Introduction of the Bible : Revised and Expanded (Chicago : Moody Press, 1986), pp. 340-341, 451 ; Bruce Metzger and Michael Coogan, The Oxford Companion to the Bible (New York : Oxford University Press, 1993), p. 79. 15 H. von Soden, Die Schriften des Newen Testamentes (Goettingen : Vandenhoek, 1912), I, 484 ; W. Kenneth Connolly, The Indestructible Book (Grand Rapids : Baker Books, 1996), p. 154. Un historien de la Bible a fait cette remarque au sujet de la versification de Stephanus du Nouveau Testament : « Je pense qu'il aurait été mieux fait sur ses genoux à la toilette ». 16 La versification de la Bible hébraïque s'est produite en 1571. Théodore Beza a mis les versets de Stephanus dans sa version du Textus Receptus (1565) qui leur ont donné la place prépondérante qu'ils ont aujourd'hui (Die Religion in der Geschichte und der Gegenwart (3rd ed., III, 1141 f.). 17 Dans les séminaires, on enseigne l'histoire de l'église primitive dans une classe « d'histoire de l'Église » tandis qu'on enseigne les livres du Nouveau Testament dans une « étude » du Nouveau Testament. Et jamais les deux ne se rencontrent. Ainsi les séminaristes reçoivent rarement sinon jamais une vue panoramique de l'histoire de l'église primitive coulant librement avec les livres arrangés dans leur ordre chronologique. Si vous ne me croyez pas, essayez ceci : La prochaine fois que vous rencontrez un étudiant de séminaire (ou le diplômé) demandez-lui de vous préparer la série entière des événements de l'épître de Paul aux Galates jusqu'à son épître aux Romains. Demandez-lui d'inclure les dates, les lieux, les noms des personnages importants, et les événements mentionnés dans les actes. 18 Certains d'entre nous ont été enseignés au sujet de l'historique de la Bible. Mais juste assez pour nous inoculer de la recherche plus loin et obtenir l'histoire entière. 19 F.F. Bruce, ed., The New International Bible Commentary (Grand Rapids : Zondervan, 1979), p. 1095. 20 G.C.D. Howley in "The Letters of Paul", New International Bible Commentary (Grand Rapids : Zondervan, 1979), p. 1095. 21 H. von Soden, Die Schriften des Newen Testamentes, p. 482. 22 Voyez : Rethinking the Wineskin, le chapitre 3. 23 Voir : Gene Edwards' Overlooked Christianity (Sargent : Seedsowers, 1997 24 Ceci ne signifie pas que les planteurs d'églises ne retournent jamais. Il y a beaucoup de fois où ils est nécessaire d'aider l'église. Mais après la plantation d'une église, les planteurs d'église devraient être absents davantage qu'ils sont présents. 25 Ce que je décris ici n'est pas une philosophie de salon. J'ai travaillé avec les églises qui ont adopté cette démarche. 26 Voyez : Rethinking the Wineskin, Chapitre 5 et Who is Your Covering ?, Chapitre 2. 27 Antioch de la Syrie et de Corinthe n'avaient aucun ancien dans la mesure où nous pouvons le dire. 28 J'approuve pleinement le fait de donner régulièrement aux besoins de l'église (pas les salaires de pasteur ou les bâtiments d'église). Mais vous ne pouvez pas employer ce verset pour faire une loi d'une offrande du dimanche matin. 29 L'exception est quand ils sont allés sur une mission d'essai très courte en Galilée à la fin de leur formation. 30 Kenneth S. Wuest, The New Testament : An Expanded Translation. 31 Voyez la versation Berkeley Version of the New Testament. 32 Voir : Ézéchiel 37. 33 Je propose que vous lisiez Revolution : The Story of the Early Church (Seedsowers) de Gene Edward, et son First Century Diaries (Tyndale). Je travaille également à un livre intitulé "De Nazareth à Patmos" qui documentera l'histoire entière de la première église dans un volume. 34 Joseph Campbell est l'auteur de ce rapport. Dans une veine semblable, Artemus Ward a indiqué, « ce n'est pas tellement les choses que nous ne savons pas qui nous mettent dans l'ennui. Ce sont les choses que nous savons que nous ne connaissons pas ». 35 Paul appelle cette intention finale « le but éternel » dans Éphésiens 3:11. Voyez : Rethinking the Wineskin, Chapitre 7 pour une explication aussi bien que Ultimate Intention de DeVern Fromke (Sure Foundation, 1998). 36 Matthieu 15:6. 37 Matthieu 15:1-9. 38 Cette triste tendance se retrouve dès l'ère de l'Ancien Testament. Voir : Ésaïe 28:9-12; Jérémie 5:31; 6:16; Osée 8:4. À cet égard, William Barclay a correctement remarqué, « Toute entreprise ayant perdu autant de clients comme c'est le cas avec l'Église aurait essayé de nouvelles méthodes il y a bien longtemps ; mais l'église tend à rejeter tout ce qui est nouveau ». 39 Si vous projetez de quitter l'église organisée, je recommande vivement que vous considériez le prochain volume de cette série : So You Want to Start a House Church ? First-Century Styled Church Planting For Today (ptmin.org). Il vous donnera la prochaine étape.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :