Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Un deuxième regard sur le Sauveur :

Jésus, le révolutionnaire

Par Frank Viola

Extrait de "Le Christianisme Paganisé"

Chapitre 10

Si le christianisme doit recevoir un rajeunissement, ce doit être par d'autres moyens que ceux utilisés maintenant. Si l'église dans la deuxième moitié de ce siècle doit récupérer des dommages qu'elle a soufferts dans la première moitié, c’est là que doit paraître un nouveau type de prédicateur. L'approprié, le genre en règle avec la synagogue ne satisfera jamais. Ni le genre d'homme de clergé qui effectue ses fonctions, prend son salaire et ne pose aucune question, ni le genre pastoral à la langue articulée qui sait rendre la religion chrétienne acceptable pour chacun. Tous ceux-là ont été essayés et ont échoué. Un autre genre de chef religieux doit surgir parmi nous. Il doit être du genre ancien prophète, un homme qui a vu des visions de Dieu et a entendu une voix du trône. Quand il viendra (et je prie Dieu qu’il n'y en aura pas un mais plusieurs) il tiendra en contradiction tout ce que notre chère civilisation juge cher. Il contredira, dénoncera et protestera au nom de Dieu et gagnera la haine et l'opposition d'un grand segment de la chrétienté - A.W. Tozer

Jésus-Christ est non seulement le sauveur, le Messie, le prophète, le prêtre, et le roi. Il est également le révolutionnaire. Pourtant peu de chrétiens le connaissent en tant que tels. Sans doute, certains de mes lecteurs ont lutté avec cette pensée tout en lisant ce livre : « Pourquoi devez-vous être si négatif au sujet de l'église moderne, Frank ! ? Jésus n'est pas une personne critique. Il n’est tellement pas dans les habitudes de notre Seigneur de parler de ce qui ne va pas avec l'église. Concentrons sur le positif et ignorons le négatif ! »

De tels sentiments à fort débit expriment un caractère complètement étranger avec le Christ en tant que prêcheur révolutionnaire, prophète radical, iconoclaste provocant, radicaliste révolutionnaire, adversaire implacable de l'establishment religieux.

Soit, notre Seigneur n'est pas critique ou dur avec les siens. Il est plein compassion et de bonté, et il aime son peuple passionnément. Cependant, c'est là précisément pourquoi il est jaloux de sa mariée. Et c’est pourquoi il ne se compromettra pas avec les traditions incassables par lesquelles son peuple est retenu captif. Ni n’ignorera notre dévotion fanatique envers elles.

Considérez la conduite de notre Seigneur sur la terre. Jésus n’était jamais un fauteur de trouble ni un rebelle fanatique.[1]Pourtant il défiait constamment les traditions des scribes et des Pharisiens. Il ne faisait pas ainsi par accident, mais avec grande délibération. Les Pharisiens étaient ceux qui, pour la « vérité » qu’ils voyaient, essayaient d'éteindre la vérité qu'il s ne pouvaient pas voir. Ce qui explique pourquoi il y avait toujours une tempête de polémique entre la « tradition des anciens » et les actions de Jésus.

Quelqu'un a dit que « un rebelle essaye de changer le passé ; un révolutionnaire essaye de changer le futur. » Jésus-Christ a apporté un changement drastique au monde. Il a changé la perception qu’a l'homme de Dieu. Il a changé la vision qu’a Dieu de l'homme. Il a changé la vision qu’ont les hommes des femmes. Notre Seigneur est venu pour apporter un changement radical au vieil ordre des choses, le remplaçant par un nouvel ordre. [2]

Il est venu apporter une nouvelle alliance, un nouveau royaume, une nouvelle naissance, une nouvelle espèce, une nouvelle race et une nouvelle civilisation.

Comme vous le lisez dans les Évangiles, vous voyez votre Seigneur, le révolutionnaire. Observez-le jeter les Pharisiens dans une panique en étalant intentionnellement leurs conventions. De nombreuses fois Jésus a guéri le jour de sabbat, cassant catégoriquement leur tradition bien-aimée. Si le Seigneur avait voulu calmer ses ennemis, il aurait pu attendre jusqu'au dimanche ou lundi pour guérir certaines personnes. Au lieu de cela, il a délibérément guéri sur le sabbat, sachant très bien qu'il ferait pâlir ses adversaires.

Ce qui nous mène beaucoup plus loin. Un exemple, Jésus a guéri un aveugle en mélangeant de l'argile à la salive pour en enduire les yeux de l'homme. Un tel acte était un défi direct à l'ordonnance juive qui interdisait de guérir sur le sabbat en mélangeant la boue à la salive ! [3]

Pourtant votre Seigneur brise intentionnellement cette tradition publiquement et avec une résolution absolue. Observez-le manger de la nourriture avec les mains non lavées sous le regard réprobateur des Pharisiens, défiant encore intentionnellement leur tradition fossilisée! [4]

En Jésus, nous avons un homme qui refusait de plier aux pressions de la conformité religieuse. Un homme qui prêchait une révolution. Un homme qui ne tolérerait pas l'hypocrisie. Un homme qui n'avait pas peur de provoquer ceux qui s’opposaient à l'Évangile qui rendait les hommes libres. Un homme qui ne reculait pas devant la colère dans ses ennemis, les engageant à se préparer pour la bataille.

Quel est mon point ? Ceci : Jésus-Christ est venu non seulement comme Messie, Oint de Dieu pour délivrer son peuple du servage de la chute. Il est venu non seulement comme Sauveur, payant une dette qu'il ne devait pas pour enlever les péchés de l'humanité. Il est venu non seulement comme prophète, soulageant l’affligé et affligeant le confortable. Il est venu non seulement comme prêtre, représentant l'homme devant Dieu et représentant Dieu devant l'homme. Il est venu non seulement comme roi, triomphant au-dessus de toutes autorités, principauté, et puissance. Il est également venu en tant que révolutionnaire, déchirant la vieille outre en prévision de la nouvelle.

Voyez votre Seigneur, le révolutionnaire !

Pour la plupart des chrétiens, c'est un nouveau regard sur Jésus-Christ. Par conséquent, exposer l’erreur de l'église moderne de sorte que le corps du Christ puisse accomplir l'intention finale de Dieu est simplement une expression de la nature révolutionnaire de notre Seigneur. Le but dominant de cette nature est de mettre vous et moi au centre du coeur de Dieu. Pour mettre vous et moi dans le noyau de son but éternel, le but pour lequel Il a tout créé. [5]

Ce qui nécessite, alors, une révolution dans la foi chrétienne. Les mouvements de renouveau ne la feront pas. Les réveils ne l’apporteront pas. Tous les deux ont été abondants pendant les 50 dernières années. (Je pourrais ajouter qu'ils sont remballés tous les cinq ans.) Les mouvements de renouveau et les réveils n'ont jamais été assez efficaces pour casser l'immense inertie de la tradition religieuse.

Remplacer et inventer de nouvelles formes pour l'église est comme de changer les vêtements sur un mannequin. Faire ainsi ne lui donnera jamais la vie peu importe à quel point la tenue est à l'avant-garde. Non, la hache doit atteindre à la racine du problème et une révolution mis à feu !

Ce qui est nécessaire est un bouleversement complet de nos pratiques chrétiennes courantes. Toutes les traditions qui ne trouvent aucun support dans les Écritures doivent être abandonnées pour toujours. Nous devons recommencer... à partir de zéro. Toute autre chose se prouvera inutile.

Si vous êtes un disciple du révolutionnaire de Nazareth ... le Messie radical [6] qui porte la hache à la racine... vous évoquerez tôt ou tard une question spécifique.

C'est la même question qui a été demandée aux disciples de notre Seigneur tandis qu'il marchait sur terre. Cet te question est : « Pourquoi vos disciples enfreignent-ils la tradition des anciens ? » [7] sur les traces de cette assertion, le prochain chapitre est le plus important de tous. Un radical vrai doit être un homme des racines. Dans les mots que j'ai employés ailleurs, « le révolutionnaire peut être « étranger » à la structure dont il verrait l'effondrement : en effet, il doit se tenir en-dehors de celle-ci. Mais le radical va aux racines de sa propre tradition. Il doit l'aimer : il doit pleurer sur Jérusalem, même si il doit en annoncer son malheur. » - John A.T. Robinson

Notes :

[1] Mat. 12:19 - 20.

[2] Les passages suivants jettent la lumière sur la nature révolutionnaire du Christ : Mat. 3:10 – 12 ; 10:34 - 38 ; Marc 2:21 - 22 ; Luc 12:49 ; Jean 2:14 - 17 ; 4:21 - 24.

[3] La Michna énonce : « Pour guérir un homme aveugle sur le sabbat il est interdit de lui injecter du vin dans ses yeux. Il est également interdit de faire de la boue avec la salive pour l'enduire sur ses yeux » (Shabbat 108:20).

[4] Selon la Mishna, « On devait être disposé à marcher quatre milles jusqu’à l'eau afin de se laver les mains plutôt que de manger avec les mains non lavées » (Sotah, 4b)... « Celui qui néglige le lavage de ses mains est comme un meurtrier » (p ain du sabbat, J, 58:3).

[5] Voyez Rethinking the Wineskin Chapter 7pour une discussion sur le but éternel.

[6] Le mot « radical » est dérivé de radax latin, qui signifie la « racine. » Un radical est, donc, quelqu'un qui va à la racine ou à l'origine de quelque chose. Jésus-Christ était un radical et un révolutionnaire. Voir la définition de John A.T. Robinson pour les deux termes à la fin de ce chapitre.

[7] Mat. 15:2.

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :