Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Le corps de Christ

Wathman NEE

Références bibliques : Éphésiens 1.23 ; 4.11-13 ; 5.29-30 ; Genèse 2.21-24 ; 1 Corinthiens 10.16-17 ; 12.12-30 ; Romains 12.4-8

I. L'église vient de Christ

Genèse 2 nous montre que Dieu a formé Ève à partir d'une côte qu'Il avait prise à Adam. C’est l’image de la relation qui existe entre Christ et l'Église. De même qu'Ève est sortie d'Adam, l'Église est sortie de Christ. Dieu a formé Ève à partir d'Adam. De même, Il a formé l'Église à partir de Christ. Dieu ne nous a pas seulement donné la grâce, la puissance et la nature de Christ, mais Il nous a aussi donné le Corps de Christ. Dieu nous a donné Ses os, Sa chair et Lui-même, comme Il a donné à Ève la côte d'Adam. Alors, qu'est ce que l’Église ? L'Église est ce qui naît de Christ. La Bible nous montre que Christ est la Tête de l'Église et que l'Église est le Corps de Christ. Du point de vue des individus qui constituent l'Église, chaque chrétien est un membre du Corps de Christ et a son origine en Christ.

Il y a une chose que nous devons remarquer. Le Corps de Christ est sur terre, mais il n'est pas terrestre. Il est céleste, pourtant il est manifesté sur la terre. Quand Paul persécutait l'Église, sur la route qui le menait à Damas, le Seigneur Jésus lui demanda : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? » (Ac 9.4). La parole du Seigneur est assez étrange. Il n'a pas dit : « Saul, Saul, pourquoi persécutes-tu mes disciples », mais : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? » Il n'a pas dit : « Saul, Saul, pourquoi persécutes-tu mon Église », mais : « Saul, Saul, pourquoi me persécutes-tu ? » Cela a montré à Paul que l'Église et Christ ne font qu'un. L'Église ne fait qu'un avec Christ et lorsqu’un homme persécute l'Église, il persécute Christ. Cela nous montre aussi que le Corps de Christ est sur la terre, parce que personne ne pourrait le persécuter s'il était dans les cieux. Le Corps de Christ est sur la terre. C’est pourquoi Paul pouvait le persécuter. Puisque le Corps de Christ est l'Église sur la terre, en persécutant l'Église, Paul persécutait le Seigneur Lui-même. De nombreuses personnes disent que la manifestation du Corps de Christ se produira dans le ciel. Elles disent qu'il faut attendre d'être au ciel pour voir la manifestation du Corps. Si c'était le cas, on ne pourrait pas considérer que Paul persécutait le Seigneur en persécutant l'Église. Le Seigneur a dit à Paul qu'il Le persécutait quand il persécutait l'Église. Ainsi, le Corps de Christ est manifesté sur la terre, et non pas dans le ciel. L'Église en tant que Corps de Christ existe sur la terre. Nous devons exprimer ce Corps pendant que nous sommes sur la terre. Bien que la Tête soit dans le ciel, le Corps et la Tête ne font qu'un. Persécuter le Corps, c'est persécuter la Tête. Persécuter l'Église, c'est persécuter le Seigneur. Les deux ne font qu'un et il est impossible de les séparer.

Certains pourraient dire : « Comment le Corps de Christ pouvait-il s'exprimer sur la terre au temps de Paul ? Depuis le temps oú Paul était sur terre jusqu'aujourd'hui, mille neuf cents ans se sont écoulés. Chaque année, un nombre incalculable de personnes ont été sauvées à travers le monde et ajoutées au Corps de Christ. Beaucoup de personnes seront encore ajoutées dans les jours et les années à venir. Comment l'Église du temps de Paul pouvait-elle être appelée le Corps de Christ ? » Un frère du siècle précédent donna une bonne réponse à cette question. Il dit que l'Église est comme un oiseau. Quand, dans un premier temps, l'œuf éclot, les plumes de l'oisillon ne sont pas encore développées. Pourtant, nous pouvons dire que c'est un oiseau. Quand il a fini de se développer, nous pouvons toujours dire que c'est un oiseau. On ne lui a pas ajouté des plumes de l’extérieur, elles ont poussé toutes seules en venant de l'oiseau lui-même. La croissance et la maturité de l'oiseau sont le résultat de l'activité intérieure de la vie de l'oiseau. C'est ainsi que grandit l'Église aujourd'hui. Bien que Paul ait persécuté l'Église à son début, elle représentait déjà le Corps de Christ. Depuis lors et jusqu'aujourd'hui, rien ne lui a été ajouté, elle est seulement devenue plus mature.

Bien que l'Église qui existe aujourd'hui sur la terre soit encore de très petite taille, elle est cependant parfaite à l'intérieur. La croissance de l'Église provient de la vie intérieure. Sa croissance a son origine en Christ. L'Église qui est sur la terre aujourd'hui est le Corps de Christ. En apparence, les âmes qui sont sauvées sont ajoutées à l'Église. Mais en ce qui concerne la réalité spirituelle, personne ne s'est jamais ajouté à l'Église. Le Corps de Christ grandit par lui-même depuis l'intérieur. Il grandit continuellement à partir de la tête. L'Église est simplement l'extension du Corps de Christ sur la terre. L'Église demeure sur la terre mais a son origine dans la Tête céleste. En même temps, elle est un Corps en unité avec la Tête.

Nous devons avoir une vision claire de ce qu'est l'Église aux yeux de Dieu. L'Église est le Corps de Christ. C'est pourquoi, tout ce qui est plus petit que le Corps ne peut pas être pris comme base pour la formation d'une Église. Nous ne pouvons pas établir une Église sur des doctrines, des systèmes ou des rituels. De même, nous ne pouvons pas non plus fonder une Église avec le nom du fondateur ou le nom de son lieu d'origine. Toutes ces conceptions définissent une entité qui est plus petite que le Corps de Christ. Si nous voulons commencer une Église dans une ville, nous devons apprendre à nous tenir sur le terrain du Corps. Nous devons accueillir et accepter tous les membres qui ont une communion dans le Corps de Christ. Toute personne qui est dans le Corps et qui est du Corps est un frère ou une sœur. Si nous nous maintenons dans la position du Corps de Christ, nous aurons beau être peu nombreux, nous resterons sur une bonne base pour former une Église. Par contre, si nous ne nous tenons pas dans la position du Corps de Christ, nous n'aurons pas de base pour former une Église, même si nous sommes très nombreux.

Une fois qu'une Église qui prend le Corps de Christ comme fondement est établie dans une localité, personne ne devrait la quitter pour fonder une autre Église en prenant prétexte d'une différence de doctrine, de point de vue ou d'opinion. La base de l'Église est le Corps de Christ. Le désir de mettre en avant une certaine doctrine n'est pas une base qui justifie l'établissement d'une Église. Si la base de la première Église qui s'installe n'est pas le Corps de Christ, alors quelqu'un peut fonder une Église qui est basée sur le Corps de Christ. Mais si la base de la première Église est bien le Corps de Christ, nous devons communier avec elle. Nous ne pouvons pas les laisser de côté et former notre propre Église.

Une Église locale devrait comprendre tous les enfants de Dieu de cette localité. L'Église considère le Corps de Christ comme son unité de base. Si d'autres frères et sœurs ne viennent pas, c'est eux que cela regarde. Mais l'Église ne doit imposer aucune condition autre que le besoin de reconnaître le Corps. Le Corps est la seule condition nécessaire pour fonder une Église. Une Église ne peut pas être plus petite que le Corps de Christ. En d'autres termes, quiconque est à Christ doit être dans l'Église ; quiconque est dans le Corps de Christ ne peut pas être rejeté.

Inversement, accepter quelqu'un qui n'est pas dans le Corps de Christ ou englober des non-croyants, c'est aller au delà du Corps de Christ. Ce ne serait plus l'Église de Christ. Ce serait une organisation de confusion. En conclusion, tout ce qui est plus étroit que le Corps de Christ ou tout ce qui va au-delà du Corps de Christ n'est pas l'Église.

II. L'unité de l'église dans le Saint-Esprit

Un Corinthiens 12.12-13 dit : « Car, comme le corps est un et a plusieurs membres, et comme tous les membres du corps, malgré leur nombre, ne forment qu'un seul corps, ainsi en est-il de Christ. Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul Corps, soit Juifs, soit Grecs, soit esclaves, soit libres, et nous avons tous été abreuvés d'un seul Esprit. »

Nous avons vu que l'Église vient de Christ. Nous voulons voir à présent comment l'Église est un seul Corps dans le Saint-Esprit.

L'Église vient de Christ. Cela précise son origine. Chaque chrétien possède une nouvelle vie. La seule et unique vie de Christ a donné naissance a des millions de chrétiens. Jean 12 parle du grain de blé qui tombe par terre, meurt et porte beaucoup de fruit. Toutes les graines qui proviennent de cette unique graine ont la même essence que la graine d'origine. Une graine est devenue plusieurs graines, et plusieurs graines proviennent de cette seule graine. Alors, comment de nombreux chrétiens qui possèdent la même vie peuvent-ils devenir le seul et unique Corps de Christ ? C'est là que le Saint-Esprit entre en action. Le seul et unique Christ est devenu des millions de chrétiens. Maintenant, le Saint-Esprit baptise ces millions de chrétiens pour former un seul Corps. C'est la leçon fondamentale que nous donne 1 Corinthiens 12.12-13. Le Corps est un, pourtant il est composé d'un grand nombre de membres. Comment tous les membres peuvent-ils devenir un seul Corps ? « Nous avons tous, en effet, été baptisés dans un seul Esprit, pour former un seul Corps. » En d'autres termes, ce Corps prend vie par le baptême. À travers le baptême de l'Esprit, les nombreux chrétiens sont immergés en un seul Corps. Chaque chrétien est comme un morceau de pierre taillée dans un gros rocher. Le Saint-Esprit est comme le ciment qui recolle les morceaux l’un à l’autre pour reformer un seul rocher.

Le Corps de Christ a deux principes de base. Tout d'abord, il n'y a pas de Corps de Christ en dehors de ce qui vient de Christ et ensuite, il n'y a pas de Corps de Christ en dehors de l'opération du Saint-Esprit. Il doit y avoir le baptême et la plénitude de l'Esprit ; les enfants de Dieu doivent tous être baptisés par l'esprit en vue de devenir le Corps. C'est ce qui s'est passé à la Pentecôte dans Actes 2. De nombreuses personnes ont reçu la vie du Seigneur et sont devenues Ses nombreux membres. Puis, le Seigneur a baptisé ces nombreux membres en un seul Corps à travers le Saint-Esprit. Ceux qui connaissent le Seigneur et le Saint-Esprit connaissent aussi l'unité de ce Corps. Le corps humain comporte de nombreux membres, mais la tête les dirige tous grâce aux nerfs. De la même manière, la Tête de l'Église relie les différents membres en un seul Corps grâce au Saint-Esprit.

L'Église vient de Christ, et elle a été formée en un seul Corps dans le Saint-Esprit. La fraternité et la communion chrétiennes devraient être basées sur la position de chacun dans le Corps de Christ. Ce qui nous rassemble n'est pas le fait que nous soyons Juifs ou Grecs. Nous avons de la communion les uns avec les autres parce que nous sommes tous membres du Corps de Christ. Notre communion les uns avec les autres est basée sur la notion du Corps.

Il n'y a qu'une seule condition nécessaire pour permettre la fraternité dans l'Église : que nous soyons membres les uns avec les autres dans le Corps. Nous ne pouvons avoir de fraternité basée sur un autre fondement. Tout rapprochement qui se fait sur un autre critère que celui du Corps de Christ est une division. Toute communion dont les critères ne sont pas aussi vastes que ceux du Corps, autrement dit qui sont plus stricts que ceux du Corps, n'est pas un rassemblement du Corps. Toute limite qui est différente des limites du Corps, même si elle ne contredit pas la limite du Corps, est une entrave à celle-ci. Ce changement de limite gênera toujours la communion du Corps. Nous ne pouvons accepter aucune communion sur un autre critère que celui du Corps. Nous sommes ici pour maintenir la fraternité entre les chrétiens et la communion au sein du Corps et non pas une communion dans un cadre plus petit que celui du Corps.

III. Le service dans le Corps

Un Corinthiens 12.14-21 dit : « Ainsi le corps n'est pas un seul membre, mais il est formé de plusieurs membres. Si le pied disait : Parce que je ne suis pas une main, je ne suis pas du corps, ne serait-il pas du corps pour cela ? Et si l'oreille disait : Parce que je ne suis pas un œil, je ne suis pas du corps, ne serait-elle pas du corps pour cela ? Si tout le corps était œil, oú serait l'ouïe ? S'il était tout ouïe, oú serait l'odorat ? Maintenant Dieu a placé chacun des membres dans le corps comme il l’a voulu. Si tous étaient un seul membre, oú serait le corps ? Maintenant donc il y a plusieurs membres, et un seul corps. L'œil ne peut pas dire à la main : Je n'ai pas besoin de toi ; ni la tête dire aux pieds : Je n'ai pas besoin de vous. » Les versets 28 à 30 continuent en disant : « Et Dieu a établi dans l'Église premièrement des apôtres, secondement des prophètes, troisièmement des docteurs, ensuite ceux qui ont le don des miracles, puis ceux qui ont le don de guérir, de secourir, de gouverner, de parler diverses langues. Tous sont-ils apôtres ? Tous sont-ils prophètes ? Tous sont-ils docteurs ? Tous ont-ils le don des miracles ? Tous ont-ils le don des guérisons ? Tous parlent-ils en langues ? Tous interprètent-ils ? »

Le Corps de Christ comporte de nombreux membres et le Saint-Esprit leur dispense toutes sortes de dons et de ministères selon les besoins du Corps. Le Seigneur accorde aux membres différents dons et ministères pour subvenir aux besoins du Corps tout entier. Le Seigneur sait qu'Il ne suscitera pas uniquement des yeux, ni uniquement des oreilles dans le Corps. Le Seigneur donne aux membres différents dons et ministères pour subvenir aux besoins de tout le Corps. Comme le corps humain a besoin de tous ses membres, de même l'Église a besoin de différentes sortes de dons et de ministères pour son service spirituel. Certains servent le ministère de la parole. Certains servent en accomplissant des œuvres de puissance. Certains exercent le don de guérison. Certains offrent leur aide. Certains parlent en langues et d'autres interprètent, etc. L'Église doit donner aux frères et aux sœurs de nombreuses possibilités de service. Tous les membres, même les moins attrayants, sont utiles au ministère de l'Esprit. Il est impossible d'avoir un membre inutile dans le Corps. Chaque frère et chaque sœur sont des membres du Corps et chaque membre a sa fonction et son service. Si vous êtes chrétien, vous un membre du Corps de Christ et, en tant que tel, vous devez avoir votre propre service devant Dieu. Nous devons honorer une telle pratique du service universel. Chaque chrétien doit avoir sa fonction propre et doit servir le Seigneur selon cette fonction.

Chaque membre de l'Église devrait trouver la place qui lui correspond pour servir. Tout le monde doit servir et il ne devrait pas y avoir de monopole. Un ou plusieurs membres ne devraient pas remplacer tous les autres en accomplissant tout le travail. Tout système qui ne donne pas la possibilité à chacun des membres de fonctionner n'est certainement pas du Corps. Dans le corps physique, les yeux, la bouche, les pieds et les mains pourraient tous être très occupés, sans pourtant se gêner mutuellement. Quelque chose ne va pas si seuls les yeux fonctionnent tandis que la bouche, les pieds et les mains ne font rien. Si les yeux, la bouche, les pieds et les mains fonctionnent ensemble, s'ils sont coordonnés comme une seule entité, alors nous avons un corps. Si certains servent et les autres non, ou si un seul ou uniquement quelques-uns servent, alors nous n'avons pas le Corps de Christ. C'est un principe clair.

Romains 12.4-8 dit : « Car, comme nous avons plusieurs membres dans un seul corps, et que tous les membres n'ont pas la même fonction, ainsi, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps en Christ, et nous sommes tous membres les uns des autres. Puisque nous avons des dons différents, selon la grâce qui nous a été accordée, que celui qui a le don de prophétie l'exerce en proportion de la foi ; que celui qui est appelé au ministère s'attache à son ministère ; que celui qui enseigne s'attache à son enseignement, et celui qui exhorte à l'exhortation ; que celui qui donne le fasse avec libéralité ; que celui qui préside le fasse avec zèle ; que celui qui pratique la miséricorde le fasse avec joie. »

Un autre aspect du Corps requiert une attention particulière. La grâce et le don que chacun reçoit sont différents. Le passage de 1 Corinthiens 12 met l'accent sur le ministère de la parole et sur les dons miraculeux. Le passage de Romains 12, en plus du ministère de la parole, évoque également d'autres services nécessaires dans l'Église. Certains donnent, certains dirigent et d'autres pratiquent la miséricorde. Tous ces services peuvent être considérés comme faisant partie du travail des Lévites. Certains services relèvent du domaine pratique.

Romains 12 nous montre que toute personne qui a reçu un don de Dieu doit l’exercer, que ce soit dans le ministère de la parole ou dans le ministère du service. Si quelqu'un prophétise, laissez-le prophétiser. Si quelqu'un enseigne, laissez-le enseigner. Si quelqu'un exhorte, laissez-le exhorter. Si quelqu'un préside, laissez-le présider dans l'Église avec zèle. En d'autres termes, chacun devrait servir. Chacun devrait avoir son service spécifique et y être fidèle. Chacun devrait savoir ce qu'il peut faire devant Dieu et connaître le don qu'il a reçu de Dieu. Le fait de connaître son don permet à chacun de fonctionner de manière spécifique. Personne ne devrait aller au-delà de sa fonction pour prendre en charge le service des autres. Aucun membre ne devrait prendre la place d'un autre et aucun membre ne devrait céder sa propre fonction. Tous devraient servir ensemble et chacun devrait s'appliquer à son propre travail. C'est de cette manière que le Corps de Christ sera manifesté.

Le Corps ne peut pas permettre qu'un membre néglige sa charge. Tout le Corps est dans les ténèbres si les yeux ne voient pas. Tout le Corps est empêché d’avancer si les pieds refusent de marcher. Les yeux doivent voir et les pieds doivent marcher. Même si le don que vous avez reçu de Dieu est petit, vous ne devriez pas le cacher. Même si le don que vous avez reçu de Dieu n'est que d'un seul talent (Mt 25.14-30), vous ne devriez pas le garder ni le négliger. Qu'un don soit petit ou grand, qu'il soit de cinq, de deux ou d’un talent, la personne qui l'a reçu doit exercer ce qu'il a et servir en conséquence. Si elle refuse de se consacrer à son service et qu’au lieu de cela, elle enterre son « unique talent », l'Église va en souffrir. Si certains membres du Corps refusent de fonctionner, le Corps subira une grosse perte.

Il n'est pas facile de trouver dans l'Église des personnes qui aient cinq talents. Pourtant, chaque enfant de Dieu, quelle que soit la taille de son don, a au moins un talent. Si tous ceux qui ont un seul talent se lèvent pour servir, ils seront plus efficaces que les quelques-uns qui ont cinq talents. Si tous ceux qui ont un talent se lèvent pour servir, l'Église prospèrera certainement. Tous ceux qui ont un talent devraient se lever pour servir. La prospérité de l'Église dépend du fonctionnement ou du non-fonctionnement de ceux qui ont un talent. Si seulement quelques-uns se donnent beaucoup de peine et travaillent, nous ne formons pas une Église. Si tous les frères et sœurs se donnent de la peine et travaillent, alors nous aurons une Église qui sert et un Corps qui fonctionne. Nous n'aurons plus seulement quelques membres qui prennent en charge le fonctionnement de tout le Corps. Nous espérons que tous ceux qui ont « un talent » vont le déterrer. Tous ceux qui ont « une mine » devraient réaliser que leur mouchoir sert à essuyer la sueur et non à envelopper la mine (Lc 19.20). Nous devons apprendre à servir selon nos capacités. Quand chacun se lève pour servir et que personne ne laisse sa responsabilité reposer sur quelqu'un d'autre, alors nous avons l'Église.

IV. L'édification du Corps

Éphésiens 4.11-13 dit : « Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs, pour le perfectionnement des saints en vue de l'œuvre du ministère et de l'édification du corps de Christ, jusqu'à ce que nous soyons tous parvenus à l'unité de la foi et de la connaissance du Fils de Dieu, à l'état d'homme fait, à la mesure de la stature parfaite de Christ. »

Les personnes dont il est question ici diffèrent quelque peu de celles dont parle Romains 12 et 1 Corinthiens 12. Les personnes dont il est question ici sont des ministres de la parole. Le but de Dieu, en donnant à l'Église des ministres de la parole, est l'édification du Corps de Christ. Les ministres de la parole ont une place spéciale dans l'édification du Corps de Christ. Et, en vue de l'édification du Corps de Christ, nous devrions demander à Dieu de nous donner plus de ministres de la parole.

Simultanément, l'Église doit donner aux nouveaux croyants de nombreuses possibilités de se manifester, afin qu'ils puissent découvrir s'ils sont ministres de la parole. Nous ne devons pas les empêcher d'exprimer les dons que Dieu leur a donnés. Nous ne devrions pas leur refuser les occasions qui pourraient leur permettre de se manifester en tant que ministres de la parole. En vue de l'édification du Corps de Christ, l'Église doit demander d'autres ministres de la parole. Elle doit aussi donner à chacun de nombreuses possibilités de se manifester en tant que ministre de la parole.

V. Le témoigange du Corps 

Un Corinthiens 10.16-17 dit : « La coupe de bénédiction que nous bénissons, n'est-elle pas la communion au sang de Christ ? Le pain que nous rompons, n'est-il pas la communion au corps de Christ ? Puisqu'il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps ; car nous participons tous à un même pain. »

L'Église est le Corps de Christ. Par conséquent, sa mission sur la terre est d'exprimer ce Corps et de manifester son unité. Elle doit montrer à tous que le Corps est un. L'Église ne doit pas attendre d'être au ciel pour exprimer cette unité du Corps. Elle exprime l'unité du Corps pendant qu'elle est sur la terre.

« Puisqu'il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps. » Dans le Nouveau Testament, la fraction du pain est une affaire très importante. Quand nous nous rassemblons le jour du Seigneur pour rompre le pain et nous rappeler le Seigneur, nous reconnaissons que le Seigneur a rompu Son corps pour nous. Nous exprimons aussi que le Corps est un. La fraction du pain signifie que le Seigneur s'est donné Lui-même pour nous sur la croix, dans l'amour. La cohésion du pain représente l'unité parmi les enfants de Dieu. Chaque jour du Seigneur, nous venons au Seigneur pour reconnaître que Son Corps a été rompu pour nous et que tous les enfants de Dieu sont un. D'un côté, nous témoignons que le corps du Seigneur a été brisé pour nous. D'un autre côté, nous témoignons que l'Église est le Corps de Christ et que ce Corps est un. Nous qui sommes plusieurs, nous sommes un pain et un Corps. Nous exprimons cette unité. Quiconque comprend le Corps de Christ rend ce témoignage le jour du Seigneur. Ce jour-là, il témoigne qu'il n'y a qu'un seul pain. Aux yeux de Dieu, ce pain est le centre de tous les rassemblements. Les enfants de Dieu devraient se rassembler pour rompre le pain et communier les uns avec les autres. Plus nous comprenons le Corps de Christ, plus nous témoignons de l'unité du Corps par la fraction du pain. La fraction du pain est une commémoration de la mort du Seigneur et une expression de l'unité du Corps. « Puisqu'il y a un seul pain, nous qui sommes plusieurs, nous formons un seul corps. » Nous agissons ainsi pour montrer au monde, à l'univers et à toute la création que l'Église est un seul Corps !

Puisse le Seigneur nous faire la grâce de nous montrer clairement que la base et la fondation de l'Église, c'est le Corps de Christ. Par le baptême de l'Esprit, nous sommes constitués en un seul Corps. Ainsi, notre communion doit être basée exclusivement sur le Corps de Christ. Dans le Corps, chaque membre a sa fonction et chaque membre doit servir. Nous devons demander à Dieu, de la part de l'Église, davantage de ministres de la parole, des ministres qui perfectionneront les saints pour l'œuvre du ministère en vue de l'édification du Corps de Christ. Nous devons aussi exprimer le témoignage de l'unité de ce Corps par la fraction du pain. Que le Seigneur nous bénisse tous !

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :