Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Témoignage de Fabien

Source de l'article

Notre parcours

Bonjour ! En tant qu’auteur des textes sur ce blog, je trouve ça plus sympa de me présenter un minimum ainsi que notre cheminement avec Claire, mon épouse.

Je suis né en 1983. En 2005, Jésus a fait irruption dans ma vie. Il a ouvert mon cœur et mes yeux…Son Amour et Sa Vie ont trasnformé ma raison d’être. Mon témoignage est développé plus en détail sur le site « Croire et vivre » (le lien pointe directement sur mon témoignage)

Ce que je ne dis pas dans ce témoignage, c’est ce qui est arrivé les années qui suivirent ! Car finalement c’est ce qui s’est passé par la suite, qui est entre autre la raison de ce blog et d’une compréhension « réformée » de la Vie et du Corps de Christ.

Ce qui a tout déclenché…

Nous étions très engagés avec mon épouse (sans faire la liste détaillée des différents services…) dans une communauté protestante baptiste. En 2009 nous avons effectué une formation nommée « Helikia . Il s’agit d’une « école » conduite par Patrick et Lydia Fontaine. Les enseignements et la rencontre avec des personnes toutes particulières dans leur cheminement ont fait trembler nos fondations « bibliques » ! Cette période n’a pas été destructrice en soi mais a littéralement commencé l’accomplissement de cette parole « Toute plante que n’a pas plantée mon Père céleste sera déracinée« . (Mat 15:13)

Au début cela fait très mal… et produit une réelle tristesse intérieure mais une tristesse selon Dieu (2 Cor 7:10). Elle a produit en nous un début de repentance, de remise en question et de changement profond de direction et de vision.

Notre compréhension de Christ et notre relation avec Lui ont été les premières fondations à être ébranlées. Notre travail, nos œuvres, notre engagement étaient dirigés dans un même but et à travers une même motivation : Le service pour Dieu, Lui être agréable. Nous vivions pour Lui, et donc pour son Église… pensions nous…

Christ en nous !

La révélation du Christ vivant en nous (Col 1:27), de notre union avec Christ, d’être réellement conscient que « nous avons été crucifié avec Christ, et que si nous vivons ce n’est plus nous, mais le Christ qui vit en nous » (Ga 2:20) a balayé notre fausse compréhension de l’œuvre pour Dieu. Lorsque nous réalisons que nous ne vivons pas pour Christ mais par Christ, que nous ne travaillons pas pour Christ, mais par Christ alors nous ne pouvons plus agir par nos propres forces à cause des besoins. Nous ne pouvons que laisser Christ manifester sa Vie en nous et répondre à Ses besoins, et non pas à ceux de la « religion organisée ».

Comment servir par nos propres forces, prendre sur soi pour répondre aux « besoins » des services religieux alors que nous réalisons la souillure et l’inefficacité de notre chair ? Ce questionnement devenait un sérieux dilemme pour nous. D’ailleurs la majorité des chrétiens peuvent lire Romains 6, 7, 8 et accepter la mort de leur vieil homme, la présence du péché dans leur chair et pourtant continuer à marcher dans la capacité et les compétences de la chair. Pourquoi ? Parce que la religion et toutes institutions religieuses créent des besoins, des demandes pour perdurer. L’homme ayant Christ, L’Esprit de Vie, n’a pas le temps et la possibilité de réellement plonger en cette Vie car les devoirs religieux, les besoins humains ont pris le dessus.

Il s’est donc révélé au fur et à mesure une incompatibilité entre l’engagement dans notre communauté dans ses besoins et un profond désir de laisser la Vie de Christ en nous manifester spontanément et en son temps Ses fruits ainsi que Ses oeuvres. Si bien que « l’incompréhension » grandissait de part et d’autre concernant notre éloignement et prise de distance avec cette communauté. En nous mêmes il était difficile de concilier l’église comme nous la vivions « traditionnellement » avec cette compréhension plus profonde de Christ en nous. Comment deux réalités spirituelles pourraient-elles s’opposer ? Comment la Vie de Christ pourrait-elle contredire la Vie du Corps de Christ ? La réponse paraît aujourd’hui évidente, mais pour nous en ces temps, elle était source d’un grand questionnement…

Et nos yeux se sont ouverts…

En parallèle nous continuions la formation Helikia et nous abordions des sujets touchant l’Eglise. Le fond n’était pas de laisser tomber les communautés ou de tout renverser… Mais d’une manière personnelle nous réalisions de plus en plus la présence de l’esprit religieux qui domine les institutions chrétiennes. Comment l’esprit de Babylone infiltre toutes les meilleures volontés des hommes de mettre en place des systèmes et des organisations pour Dieu. A l’instar de Pierre qui a immédiatement pensé à construire une tente pour Jésus, Moïse et Elie. Alors que le Père l’arrêta tout de suite dans son projet humain et redirigea l’attention vers Son Fils : « Ecoutez Le ! » (Mc 9:5)

Lors d’un dimanche à la fin d’un « culte » de notre communauté, sans même nous concerter, ma femme et moi avons eu la même révélation, le même voile qui est tombé ! Et nous avons vu en nous et autour de nous l’ampleur de la religiosité dans ce temps de culte. Pourtant rien de particulier, c’était comme d’habitude… une présidence, la louange, le message, un chant et les annonces… je suis sûr que tout ça parle à plusieurs. Parfois on pouvait échanger : mettre le message avant la louange ou les annonces avant la louange, mais la même trame était respectée. Il n’empêche que ce dimanche, sans être préparé à ce « choc » terrible, nous avons vu…il nous a été donné de voir avec les yeux de notre coeur.

A partir de ce moment là nous avons traversé plusieurs étapes dont celle de penser orgueilleusement que nous avions les moyens de transmettre cette révélation à notre communauté. On pensait que le Père voulait à travers nous leur donner ce même dévoilement, soit à travers la prédication, la louange, les échanges… Mais sa volonté était tout autre !
Nous constations un mur devant nous, une puissance d’aveuglement impressionnante et une remise en question très limitée voir inexistante.
Cependant nous avons eu la joie de partager avec des amis de cette communauté et la même révélation, le même voile est tombé pour eux également. Nous nous sommes soutenus, encouragés dans ces temps de « solitude » et d’incompréhension au milieu de la communauté.

Par la suite plus nous avancions, plus nous réalisions l’oeuvre de l’esprit religieux dans nos propres coeurs… Et avant de vouloir changer cela chez les autres, nous avons compris que notre Père voulait le déraciner en premier de nos coeurs… Nous fréquentions toujours cette communauté mais beaucoup moins régulièrement car il nous était de plus en plus difficile de supporter ces temps là. Ce n’était pas les frères et soeurs en eux mêmes mais l’ambiance et le fonctionnement religieux devenaient difficiles à ignorer.

Découverte de la profondeur et de la simplicité du Corps de Christ.

A l’inverse un désir grandissant, que nous n’avions jamais eu auparavant, fut celui de se voir les uns les autres, de se rencontrer avec d’autres frères et soeurs plus simplement. Un désir de communion fraternelle, de tisser une relation de confiance et d’amour nous saisissait de plus en plus dans un contexte de partage beaucoup plus simple, plus vrai. On ne voulait pas de reconnaissance, ou cacher notre véritable état spirituel ou encore démontrer nos dons spirituels ou aptitudes… Mais simplement être ensemble en partageant Christ et son oeuvre actuelle en nous. Nous n’étions pas du tout dans l’optique de « monter une église » ou un « groupe de maison » ou je ne sais quoi d’autre, mais simplement partager ensemble quand cela brûlait dans notre cœur. De plus l’engagement et le service que nous consacrions à la communauté nous occupaient les soirs de la semaine et beaucoup de week-ends… Et finalement nous n’avions quasiment plus de temps disponible pour nos amis et ceux qui nous entouraient. Et là aussi, le fait de ne plus considérer le « temple » comme lieu unique des « activités spirituelles », nous avions désormais beaucoup plus de temps pour nos amis non croyants. Et cela est aujourd’hui un vrai plaisir d’être avec eux et d’avoir le temps d’apprendre à mieux les connaître. Nos motivations ont également changé. Nous ne les voyons plus pour les « amener » à Christ mais simplement être avec eux car nous les aimons ! Et cela change tout ! Nous n’avons plus un regard ou un but « religieux » en tête lorsque nous sommes en leur présence, mais le profond désir de manifester notre amour envers eux.

Dans ce contexte, vivre l’église, partager la Vie du Corps est compatible avec laisser Christ en nous manifester ses désirs et notre état réel de spiritualité en Lui. Pas de forcing religieux, pas de réputation à préserver, pas de besoins institutionnels à combler…Simplement être ensemble au cours d’un repas, discuter, chanter, prier, échanger sur un enseignement, sur une difficulté qu’on traverse…etc. On ne se cache plus derrière des frères ou des soeurs à « tout faire » pour ces temps de communion… Chacun s’il le désire et comment il le ressent en lui, peut apporter la part de Christ aux autres pour s’encourager et s’édifier mutuellement ! Les titres officiels de « ministère » ne sont plus indispensables car nous apprenons à reconnaître « simplement et spirituellement » le don de Christ chez l’autre. (Ephésiens 4 : 7, 11)

Quitter une communauté, mais pas le corps de Christ.

C’est pendant l’été 2011 que nous avons reçu clairement dans nos coeurs de quitter cette assemblée. Ce n’était pas motivé par la rébellion ou le désaccord avec un responsable ou bien l’amertume et la rancœur mais simplement parce que la conviction était née dans notre coeur et nous avons obéi. Pourtant cela n’était pas le choix le plus évident et facile ! Comme vous pouvez l’imaginer, l’incompréhension de la plupart de nos frères et soeurs s’est fait ressentir. Pour ne pas raconter tous les détails, cela ne servirait à rien, on ne peut pas dire que notre démission fut bien comprise et transmise à la communauté.

Sincèrement nous aimons et apprécions ces frères et soeurs et nous espérons que de plus en plus le Saint Esprit Lui même ouvre les yeux de leur coeur. (Et c’est déjà le cas aujourd’hui pour certains et on s’en réjouit !). Qu’ils n’aient plus la crainte d’aller vers des horizons encore inexplorés parce qu’il n y aurait pas de ministère « officiel » ou de structure reconnue. J’espère de tout coeur que Notre Grand Berger leur deviendra suffisant pour marcher avec Lui sans la crainte de l’inconnu et de vivre l’Eglise sans l’institution, sans le christianisme organisé, sans la domination de l’esprit religieux mais simplement en Christ et par Christ.

Etre l’Eglise et non plus faire ou fabriquer l’Eglise, c’est le chemin « nouveau », pour cette génération que le Père désire pour son peuple. Là j’en suis convaincu nous commencerons à toucher et manifester la Nouvelle Jérusalem dans ce monde.

PS : Claire a écrit un article abordant plus concrètement comment nous vivons aujourd’hui l’Eglise concernant en particulier la communion fraternelle. Lire cet article

Partager cet article

Repost 0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :